Le vrai prédicateur a une vie moralement cohérente, explique Benoît XVI

Catéchèse du mercredi sur Pierre Canisius

| 1806 clics

ROME, Mercredi 9 février 2011 (ZENIT.org) - Pour Pierre Canisius, « le ministère apostolique est fécond » si le prédicateur « conduit une vie moralement cohérente », explique Benoît XVI.

Le pape a consacré sa catéchèse du mercredi au saint jésuite hollandais dont il a souligné l'actualité : « L'exemple de Pierre Canisius a une valeur actuelle et permanente. Pour lui, le ministère apostolique est fécond seulement si le prédicateur est un témoin et un instrument de Jésus, s'il lui reste étroitement uni par la foi dans son Évangile et dans son Église, et s'il conduit une vie moralement cohérente ».

Le pape avait auparavant rappelé les différentes étapes de la vie de Pierre Canisius : « Né en Hollande et mort en Suisse, saint Pierre Canisius a vécu au 16e siècle. Il fut proclamé le second apôtre de l'Allemagne et Docteur de l'Église ».

L'événement du concile de Trente a été décisif : « Étudiant à Cologne, il est en contact avec des chartreux et des hommes pieux de la spiritualité dite devotio moderna, et il se forme à l'amitié avec Jésus par la contemplation des mystères de sa vie. Ordonné prêtre chez les jésuites, il participe au Concile de Trente. »

Il mettra les enseignements du concile en pratique : « Après un séjour en Italie pour compléter sa formation intellectuelle et spirituelle, il occupe de hautes fonctions universitaires à Ingolstadt, et pastorales à Vienne. Premier Provincial jésuite, Pierre Canisius crée, en Allemagne, des communautés et des collèges qui seront les points de départ de la réforme catholique ».

Pour cela, il écrit aussi trois Catéchismes qui « exposent la doctrine catholique à la lumière de la Bible avec grande simplicité et clarté dans le respect de toute personne. Ils portent donc les traces d'une première formulation du droit à la liberté religieuse ».

Le pape a défini la spiritualité de Pierre Canisius comme « christocentrique », car, a-t-il expliqué, le saint jésuite « insiste sur l'importance de la liturgie et la nécessité de la prière personnelle quotidienne qui sont reproposées avec autorité par le Concile Vatican II ».

Anita S. Bourdin