Lefebvristes : le pape a souhaité reconstruire l’unité

Entretien accordé par le cardinal Bertone à la chaîne française KTO

| 1978 clics

ROME, Mardi 15 Décembre 2009 (ZENIT.org) - La volonté de Benoît XVI de renouer des liens avec les fidèles attachés à la liturgie traditionnelle a été motivée par « la nécessité de reconstruire l'unité à l'intérieur de l'Eglise catholique » et de valoriser une « non rupture avec la tradition ».

C'est ce qu'a affirmé le cardinal Tarcisio Bertone, secrétaire d'Etat, dans un entretien exclusif accordé le 14 décembre à la chaîne de télévision française KTO à l'occasion de son dixième anniversaire.

Interviewé par Philippine de Saint-Pierre, directrice des programmes de la chaîne, le ‘numéro deux' du Saint-Siège a évoqué la question de la levée des excommunications et du désir de l'Eglise de renouer avec les fidèles ayant suivi Mgr Lefebvre.

Benoît XVI « est très précisément au courant des problèmes liés à la scission des fidèles qui suivaient Mgr Lefebvre ». « Il faut se souvenir qu'en 1988, c'est lui qui conduisait les relations et le dialogue avec Mgr Lefebvre et son équipe, à la demande de Jean-Paul II », a rappelé le cardinal Bertone. « Il a vu les causes de cette scission et la nécessité de reconstruire l'unité à l'intérieur de l'Eglise catholique ».

« Comme il l'a très bien dit dans sa lettre écrite au début de cette année, au mois de janvier », le pape « est conduit par la préoccupation de l'unité du premier cercle à l'intérieur de l'Eglise ». « Et cela doit être une préoccupation essentielle pour le pape, qui est le ministre et le garant de la communion dans l'Eglise ».

Enfin, « l'autre raison de son action est cette non discontinuité, cette non rupture avec la tradition », a ajouté le cardinal Bertone. « La tradition fait partie de l'Eglise, c'est un patrimoine que nous avons besoin de connaître et de valoriser et non pas de mettre de côté ou de laisser dans les bibliothèques ». « Donc, il a voulu la valoriser de cette façon, en y mettant des conditions bien précises, qui ne sont pas toujours observées ».

Dans cet entretien télévisé, le premier collaborateur du pape a aussi évoqué les autres dossiers importants du pontificat de Benoît XVI : « le dialogue œcuménique, en particulier avec le monde orthodoxe, où le pape est une personnalité très estimée comme grand théologien » ; « le dialogue avec le judaïsme » et « les relations avec l'Islam ». « Voilà quelques-uns des dossiers importants sur lesquels il a mis l'accent, sur lesquels il a donné des directions précises ».

Marine Soreau