Les Africains ont faim et soif de la Parole de Dieu

Selon le directeur du centre chargé de la distribution des Bibles sur le continent

| 1210 clics

ROME, Mercredi 28 septembre 2011 (ZENIT.org) –« Les Africains ont faim et soif aussi de la Parole de Dieu », a déclaré le directeur du centre biblique pour l’Afrique et Madagascar (CEBAM), le père Moïse Adekambi, en faisant état, à l’association internationale Aide à l'Eglise en Détresse (AED), d’une hausse consistante des demandes d’accès aux saintes Ecritures sur tout le continent africain.

Le CEBAM, dont le siège actuel se trouve à Accra (Ghana), a été institué en 1981, par le Symposium des Conférences épiscopales d’Afrique et de Madagascar (SCEAM) pour coordonner la distribution et la publication de Bibles en anglais, portugais et français dans les pays africains.

« Tant de catholiques voudraient élargir leurs connaissances des Saintes Ecritures, en allant au-delà de leur simple lecture », a précisé le père Adekambi à l’AED, qui soutient depuis des années le CEBAM.

Le père Adekambi voit en cette multiplication des demandes un désir de « transmettre sa foi ». Chaque jour, a-t-il en effet précisé, « les catholiques se trouvent en contact avec des fidèles d’autres religions qui les interrogent sur leur foi », mais, a-t-il commenté, «  on ne peut expliquer son credo sans bien connaître la bible ».

Le père Adekambi a des rencontres régulières avec les collaborateurs des divers sièges pour organiser des congrès et ateliers en français, anglais et portugais. L’équipe de chaque nation se réunit annuellement, alors qu’une assemblée générale a lieu tous les trois ans. Le thème de cette année porte sur une collecte de fonds, indispensable pour la traduction et la publication des bibles, déjà disponibles dans un vaste éventail de langues africaines.

Dans ce besoin accru de Saintes Ecritures, figure la Bible pour enfants, élaboré en 1979 par le fondateur de l’AED, le père Werenfried van Straaten (http://kinderbibel.dli-info.de).

La Bible devrait être bientôt traduite en 9 autres langues africaines, en plus des autres langues, pour un total de 450.000 copies sur les 900.000 prévues dans toutes les langues.