Les baptisés ne peuvent demeurer indifférents lorsque le pain manque

Benoît XVI remercie deux associations de bienfaisance

| 1999 clics

ROME, Vendredi 27 février 2009 (ZENIT.org) -  « Nourris du même pain eucharistique, les baptisés ne peuvent pas demeurer indifférents lorsque manque le pain sur la table des hommes », déclare Benoît XVI.

Le pape a reçu ce matin au Vatican les membres des deux associations de bienfaisance du Bénélux « Pro Petri Sede » et de Belgique « Etrennes Pontificales » qui se rendent à Rome tous les deux ans et contribuent aux œuvres de charité du Successeur de Pierre.

Le pape a fait observer la solidarité des membres de l'Eglise, à partir de l'exemple de saint Paul : « L'année paulinienne nous offre l'occasion, à travers la méditation de la parole de l'Apôtre des Nations, de reprendre une conscience plus vive du fait que l'Église est un Corps, à travers lequel circule une même vie qui est celle de Jésus. De ce fait, chaque membre du corps ecclésial est relié de façon très profonde à tous les autres et ne saurait ignorer leurs besoins ».

« Nourris du même pain eucharistique, les baptisés ne peuvent pas demeurer indifférents lorsque manque le pain sur la table des hommes. Cette année encore, vous avez accepté d'entendre l'appel à élargir l'espace de votre cœur aux nécessités des déshérités, afin que les membres du Corps du Christ que la misère affecte soient soulagés et qu'ils deviennent ainsi plus vivants et plus libres pour témoigner de la Bonne Nouvelle », a ajouté le pape.

Le pape a remercié les membres des deux associations de coopérer à ses œuvres de charité en disant : « « En confiant le fruit de votre épargne au successeur de Pierre, vous lui permettez d'exercer une charité concrète et active qui est le signe de sa sollicitude pour toutes les Églises, pour chaque baptisé et pour chaque homme. Soyez-en très vivement remerciés au nom de toutes les personnes que votre générosité viendra soutenir dans la lutte contre les maux qui portent atteinte à leur dignité. En combattant la pauvreté, nous donnons plus de chance à la paix d'advenir et de s'enraciner dans les cœurs ».