Les Béatitudes, route du bonheur

Catéchèse du 6 août 2014 (texte intégral)

Rome, (Zenit.org) Pape François | 1664 clics

« Les Béatitudes sont la voie que Dieu indique comme réponse au désir de bonheur inscrit dans l’homme », affirme le pape François qui invite les chrétiens à « s'en souvenir et les imprimer dans [leur] cœur ».

Après la pause estivale, les audiences générales ont repris mercredi dernier, 6 août 2014, en la salle Paul VI du Vatican. Le pape a poursuivi son cycle de catéchèses consacrées à l’Église, sur le thème : "Nouvelle Alliance et nouveau peuple".

Pour le pape, « toute la nouveauté du Christ » est contenue dans les Béatitudes, qui sont « le portrait de Jésus, sa forme de vie ; et elles sont la route du bonheur ».

Mais elles ont un corollaire, que le pape exhorte à méditer « tous les jours » : « le chapitre 25 de Matthieu, où l’on trouve le protocole, les questions qui seront posées le jour du jugement... Le Seigneur nous reconnaîtra si, à notre tour, nous l’avons reconnu dans le pauvre, celui qui est affamé, celui qui est indigent et marginalisé, celui qui souffre et qui est seul… ».

Avec « ces critères fondamentaux de vérification de la vie chrétienne », le pape encourage à rendre « un témoignage beau et crédible de l’amour de Dieu pour tous les frères rencontrés chaque jour ».

A.K.

Catéchèse du pape François

L’Église. 3. Nouvelle alliance et nouveau peuple

Chers frères et sœurs, bonjour !

Dans les catéchèses précédentes, nous avons vu que l’Église constitue un peuple, un peuple préparé par Dieu avec patience et amour et auquel nous sommes tous appelés à appartenir. Aujourd’hui, je voudrais mettre en évidence la nouveauté qui caractérise ce peuple : il s’agit vraiment d’un nouveau peuple, qui se fonde sur la nouvelle alliance établie par le Seigneur Jésus à travers le don de sa vie. Cette nouveauté ne nie pas le chemin précédent ni ne s’y oppose ; au contraire, elle le fait avancer, elle le mène à son accomplissement.

1. Il y a une figure très importante qui sert de charnière entre l’Ancien et le Nouveau Testament : c’est celle de Jean-Baptiste. Pour les Évangiles synoptiques, il est le « précurseur », celui qui prépare la venue du Seigneur, prédisposant le peuple à la conversion du cœur et à l’accueil de la consolation de Dieu, désormais proche. Dans l’Évangile de Jean, il est le « témoin », en ce qu’il nous fait reconnaître en Jésus celui qui vient d’en-haut, pour pardonner nos péchés et faire de son peuple son épouse, prémisse de l’humanité nouvelle. En tant que « précurseur » et « témoin », Jean-Baptiste joue un rôle central à l’intérieur de toute l’Écriture, dans la mesure où il sert de pont entre la promesse de l’Ancien Testament et son accomplissement, entre les prophéties et leur réalisation en Jésus-Christ. Par son témoignage, Jean nous indique Jésus, nous invite à le suivre et nous dit clairement que cela requiert de l’humilité, le repentir et la conversion : c’est une invitation à l’humilité, au repentir et à la conversion.

2. De même que Moïse avait stipulé l’alliance avec Dieu en vertu de la loi reçue sur le Sinaï, ainsi Jésus, d’une colline sur la rive du lac de Galilée, remet à ses disciples et à la foule un enseignement nouveau qui commence par les Béatitudes. Moïse donne la Loi sur le Sinaï et Jésus, le nouveau Moïse, donne la Loi sur cette autre montagne, sur la rive du lac de Galilée. Les Béatitudes sont la voie que Dieu indique comme réponse au désir de bonheur inscrit dans l’homme et elles perfectionnent les commandements de l’ancienne Alliance. Nous sommes habitués à apprendre les dix commandements – bien sûr, vous les connaissez tous, vous les avez appris au catéchisme – mais nous ne sommes pas habitués à répéter les Béatitudes. Essayons alors de nous en souvenir et de les imprimer dans notre cœur. Faisons ceci : je les dirai l’une après l’autre et vous répéterez, d’accord ?

Première : « Heureux les pauvres de cœur, car le royaume des cieux est à eux ». [La salle répète]

« Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés ». [La salle répète]

« Heureux les doux, car ils recevront la terre en héritage ». [La salle répète]

« Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés ». [La salle répète]

« Heureux les miséricordieux car ils obtiendront miséricorde ». [La salle répète]

« Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu ». [La salle répète]

« Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu ». [La salle répète]

« Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume des cieux est à eux ». [La salle répète]

« Heureux êtes-vous si l’on vous insulte, si l’on vous persécute et si l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi ». Je vous aide : [il répète avec la foule] « Heureux êtes-vous si l’on vous insulte, si l’on vous persécute et si l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi ».

« Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse, car votre récompense est grande dans les cieux ! ».

Bravo ! Mais faisons ceci : je vous donne un devoir à la maison, un devoir à faire à la maison. Prenez l’Évangile, celui que vous avez avec vous… Souvenez-vous que vous devez toujours avoir un petit Évangile avec vous, dans votre poche, toujours ; celui que vous avez chez vous. Prenez l’Évangile et dans les premiers chapitres de Matthieu – je crois que c’est le chapitre cinq – il y a les Béatitudes. Et aujourd’hui, demain, à la maison, lisez-les. Vous le ferez ? [La salle : Oui !] Pour ne pas les oublier, parce que c’est la Loi que nous donne Jésus ! Vous le ferez ? Merci.

Ces paroles contiennent toute la nouveauté apportée par le Christ, et toute la nouveauté du Christ est contenue dans ces paroles. En effet, les Béatitudes sont le portrait de Jésus, sa forme de vie ; et elles sont la route du bonheur, que nous pouvons nous aussi parcourir avec la grâce que nous donne Jésus.

3. En plus de la nouvelle Loi, Jésus nous remet aussi le « protocole » sur lequel nous serons jugés. À la fin du monde, nous serons jugés. Et quelles questions nous posera-t-on là-bas ? Quelles questions ? Quel est le protocole sur lequel le juge nous jugera ? C’est ce que nous trouvons dans le chapitre 25 de l’Évangile de Matthieu. Aujourd’hui, le devoir est de lire le cinquième chapitre de l’Évangile de Matthieu où se trouvent les Béatitudes ; et lire le chapitre 25, où l’on trouve le protocole, les questions qui nous seront posées le jour du jugement. Nous n’aurons ni titres, ni crédits ni privilèges à alléguer. Le Seigneur nous reconnaîtra si, à notre tour, nous l’avons reconnu dans le pauvre, celui qui est affamé, celui qui est indigent et marginalisé, celui qui souffre et qui est seul… Et c’est un des critères fondamentaux de vérification de notre vie chrétienne, sur lequel Jésus nous invite à nous mesurer tous les jours. Je lis les Béatitudes en me demandant comment doit être ma vie chrétienne, et ensuite je fais un examen de conscience avec ce chapitre 25 de Matthieu. Tous les jours : j’ai fait ceci, j’ai fait ceci, j’ai fait cela… Cela nous fera du bien ! C’est simple mais c’est concret.

Chers amis, la nouvelle Alliance consiste justement en ceci : se reconnaître, dans le Christ, enveloppé de la miséricorde et de la compassion de Dieu. Et cela remplit notre cœur de joie et c’est cela qui fait de notre vie un témoignage beau et crédible de l’amour de Dieu pour tous nos frères que nous rencontrons chaque jour. Souvenez-vous des devoirs à faire ! Chapitre 5 de Matthieu et chapitre 25 de Matthieu. Merci !

Paroles du pape après la catéchèse

[Salutations en français]

Soyez les bienvenus, chers amis de langue française ! En cette fête de la Transfiguration du Seigneur, que votre cœur soit rempli de joie et de lumière en reconnaissant la miséricorde de Dieu pour vous ! Que cette joie et cette lumière transparaissent dans toute votre vie pour être des témoins crédibles de l’amour de Dieu pour toutes les personnes que vous rencontrerez ! Bon séjour à Rome ! Que Dieu vous bénisse !

[Appel pour le tremblement de terre en Chine]

Je désire exprimer ma proximité aux populations de la province chinoise du Yunnan, touchées dimanche dernier par un tremblement de terre qui a causé de nombreuses victimes et des dégâts considérables. Je prie pour les défunts et pour leurs familles, pour les blessés et pour ceux qui ont perdu leur maison. Que le Seigneur leur donne le réconfort, l’espérance et la solidarité dans l’épreuve.

[Salutations en italien]

Nous avons aujourd’hui une pensée pour le vénérable Serviteur de Dieu Paul VI, en l’anniversaire de sa mort survenue le 6 août 1978. Nous évoquons son souvenir avec affection et admiration, considérant combien il a vécu en se consacrant totalement au service de l’Église qu’il a aimée de tout son être. Que son exemple de serviteur fidèle du Christ et de l’Évangile soit un encouragement et un stimulant pour chacun de nous.

J’adresse une pensée particulière aux jeunes, aux personnes malades et aux nouveaux mariés. Que la fête de la Transfiguration du Seigneur vous aide tous à ne pas perdre l’espérance, mais à vous abandonner dans les mains du Christ qui, sans mérite de notre part, nous a sauvés et rachetés. Merci.

Traduction de Zenit, Constance Roques