Les blogueurs réunis à Rome invitent l'Eglise à ne pas avoir peur des débats

| 2038 clics

ROME, Mardi 3 mai 2011 (ZENIT.org) - Le lundi 2 mai, au Vatican, le Conseil pontifical pour la culture et le Conseil pontifical pour les communications sociales ont organisé la première rencontre entre des responsables du Saint-Siège et des blogueurs* venus du monde entier. Ceux-ci ont invité l'Eglise à oser davantage et à ne pas avoir peur des débats.

Venus de Californie, d'Allemagne, d'Irlande, de France, de Suisse, d'Angleterre, d'Autriche ou d'autres horizons, 150 blogueurs se sont retrouvés au Vatican. Ils constituaient une assemblée bien différente de celles qui se retrouvent habituellement dans cette salle de la Via dell'Ospedale, à quelques pas du Vatican ; en effet, en s'installant, tous les participants ont allumé leur ordinateur, ou à défaut, ont utilisé leur téléphone portable pour se connecter à internet. Et durant la rencontre, la discussion par Facebook ou Twitter est allée bon train... Une rencontre à la fois physique, mais également virtuelle donc, pour permettre aux 600 autres blogueurs inscrits et qui n'ont pas été tirés au sort pour la rencontre d'être eux aussi présents.

Cette réunion se voulait très ouverte, comme l'a déclaré le président du Conseil pontifical pour les communications sociales, Mgr Claudi Maria Celli, au début de la séance, en précisant qu'il ne s'agissait pas « d'une rencontre de blogueurs catholiques, même si nombre de vous s'inspirent de l'Evangile, mais d'un dialogue respectueux dans la vérité ».

La première table ronde a donné la parole à plusieurs de ces blogueurs, qui ont souligné l'importance de cette manière de communiquer sur internet. En effet, à travers les blogs, la foi peut être transmise, et des discussions s'engagent entre les personnes présentes sur le réseau. Reprenant les paroles de Jean-Paul II, Andrés Beltramo a invité l'Eglise à ne pas avoir peur d'ouvrir ces débats. Un conseil repris par Matia Marasco, qui a quant à elle invité l'Eglise à « oser plus » dans ce domaine des blogs. Chacun des cinq premiers intervenants a aussi insisté sur l'aspect missionnaire des blogs. Le père Roderick Vonhögen a raconté avoir découvert presque par hasard la force et le pouvoir des blogs. Depuis, en envoyant des vidéos sur internet, il est devenu « un berger pour les gens qui en ont besoin » et qui vont le voir sur le réseau. Le prêtre hollandais qui publie ses interventions en anglais compare son activité pastorale sur le réseau à la construction d'une communauté locale : « On bâtit la famille du Christ, car on veut faciliter l'amitié (...) C'est comme construire une paroisse ».

Le père Federico Lombardi, directeur du Bureau de Presse du Saint-Siège, a quant à lui indiqué l'un des aspects importants des blogs pour la communauté chrétienne : « Les blogueurs catholiques sont l'opinion publique dans l'Église. Le magistère conciliaire prévoyait cette réalité, qui n'a pas été tellement développée ». Avec les blogs, qu'il suit régulièrement, il voit maintenant émerger cette opinion publique.

D'autres intervenants ont permis aux blogueurs présents de mieux comprendre la manière dont le Vatican était présent sur internet, et leur ont fait découvrir la pauvreté des moyens dont les services informatiques du Saint-Siège disposent. Ce qui empêche par conséquent de développer une véritable activité interactive, à travers les réseaux sociaux modernes (Facebook, Twitter,...). Des limites dont les diocèses ou les responsables d'événements ponctuels comme la prochaine Journée Mondiale de la Jeunesse s'affranchissent plus facilement.

Cette rencontre a témoigné, de la part de l'institution ecclésiale, de la prise de conscience de l'importance de ces blogs. Et même si rien n'est clair sur la suite à donner à cette initiative (que faire, où, quand, comment, avec qui et dans quel but sont autant de questions qui n'ont pas trouvé de réponse ce lundi), la joie de s'être rencontré de manière physique et concrète se lisait sur les visages des blogueurs comme de leurs interlocuteurs du Vatican. Un point a cependant largement émergé des discussions : la naissance d'un nouveau type de présence pastorale sur internet, à tel point que, selon le père Marco Sanavio, la figure du « webpasteur » s'impose aujourd'hui. Une mission qui a émergé plusieurs fois au cours de l'après midi, et qui a été clairement énoncée par l'un des intervenants, François Jeanne-Beylot : « si le Christ venait prêcher aujourd'hui, il n'irait pas sur une montagne ou dans une barque, mais serait sur Twitter ou ouvrirait un blog. L'Église officielle ne peut pas le dire, mais nous, catholiques membres de cette communauté et de cette Église, nous osons le dire ». Et le faire, comme le prouve l'engagement de ces 150 représentants des blogueurs de la cathosphère.

* blogueur : personne qui s'occupe d'une page internet publique (tout le monde peut la consulter en ayant son adresse internet) sur laquelle il insère des textes, des enregistrements audio ou vidéo de sa création (normalement).

Stéphane Lemessin