Les canadiens invités à mieux s’informer sur l’euthanasie

Mise en garde des évêques sur les conséquences de sa légalisation

| 1901 clics


ROME, Vendredi 2 octobre 2009 (ZENIT.org) - Le président de la conférence épiscopale du Canada (CECC), Mgr Vernon James Weisberger, archevêque de Winnipeg, vient de publier une lettre qui invite les membres du parlement et le peuple canadien à réfléchir aux conséquences possibles du projet de loi C-384, dont l'objectif est de légaliser l'euthanasie et le suicide assisté dans le pays. 

Tout en relevant le fait que les personnes qui veulent rouvrir ce débat sont sans doute motivées par leur préoccupation face à la souffrance des autres, le président de la CECC met en doute les motivations qui animent ces personnes. 

« Une regrettable interprétation de la compassion les amène toutefois à proposer que l'on euthanasie les plus vulnérables plutôt que de leur assurer, jusqu'à leur mort naturelle, les soins appropriés, un contrôle efficace de la douleur, ainsi qu'un soutien social, affectif et spirituel », est-il souligné dans la lettre sur le site de la conférence épiscopale canadienne. 

S'appuyant sur l'enseignement contenu dans le Catéchisme de l'Église catholique, Mgr Weisgerber rappelle qu'il est légitime de recourir aux médicaments et à d'autres moyens pour soulager la souffrance, même si cela a pour effet secondaire d'abréger la vie. Il ajoute toutefois que « ce qui n'est jamais acceptable, c'est de tuer de façon directe et intentionnelle les personnes déprimées, handicapées, malades, âgées ou mourantes ».   

Il ne voit donc pas comment une quelconque loi autorisant l'euthanasie et le suicide assisté protégerait les plus vulnérables de notre société.  

De concert avec les évêques catholiques du Canada, le président de la CECC invite les membres du parlement canadien, députés et sénateurs, à recourir à des définitions claires dans les débats qui s'annoncent et à être attentifs au profond impact qu'aurait l'adoption de cette loi sur la vie des personnes individuelles et de la communauté tout entière. 

Il invite aussi tous les canadiens à mieux s'informer sur l'euthanasie et le suicide assisté et à promouvoir, à la place, les soins palliatifs et les soins à domicile, afin d'aider les personnes qui en ont besoin et celles qui les soignent. 

Enfin, il appelle les catholiques et les fidèles qui appartiennent à des communautés chrétiennes ou à d'autres religions, et qui apprécient la beauté et la dignité inhérente de la vie, à s'engager dans ce débat avec courtoisie et respect, afin de témoigner d'une profonde révérence pour toute vie humaine. 

Source : http://www.cccb.ca/site/index.php?lang=frc