Les célébrations, de la fête de Marie Mère de Dieu à l'Epiphanie

Les grands rendez-vous liturgiques du pape François

Rome, (Zenit.org) Anita Bourdin | 620 clics

Les prochaines célébrations liturgiques présidées par le pape François seront, mardi 31 décembre, les « premières vêpres » (celles de la veille), de la solennité de Marie Mère de Dieu, à 17 h, en la basilique Saint-Pierre, et la messe du lendemain, toujours à Saint-Pierre, à 10 h. L’Epiphanie sera célébrée le lundi 6 janvier au Vatican : messe également à 10 h.

Marie, Mère de Dieu et la Journée de la paix

La célébration des vêpres du 31 décembre sera suivie de l’adoration eucharistique, du chant du Te Deum d’action de grâce pour l’année civile écoulée, et de la bénédiction eucharistique.

Par ce Te Deum, explique le bureau des célébrations liturgiques pontificales, « l’Eglise s’adresse à son Seigneur pour l’adorer, lui rendre grâce, le louer, lui demander pardon et invoquer sa bénédiction ».

La solennité de Marie Mère de Dieu, la Théotokos, selon le terme di concile d’Ephèse (431), est « la principale fête mariale de l’Année liturgique », le 1erjanvier.

C’est aussi le jour choisi depuis Paul VI pour la Journée mondiale de la paix, c’est pourquoi le pape sera entouré pour cette célébration du président du Conseil pontifical Justice et Paix, le cardinal Peter Kodwo Appiah Turkson, mais aussi du Secrétaire d’Etat, Mgr Pietro Parolin, du Substitut, Mgr Angelo Becciu, du Secrétaire pour les Relations avec les Etats, Mgr Dominique Mamberti, et de Mgr Mario Toso, Secrétaire du Conseil pontifical Justice et Paix.

L’Epiphanie, le 6 janvier

La fête de l’Epiphanie, de la « manifestation » aux nations représentées par les Mages venus de l’Orient à Bethléem, est maintenue le 6 janvier au Vatican.

Le pape présidera la messe à 10 h en la basilique vaticane. Comme c’est la tradition au cours de cette célébration, la date fixée pour Pâques sera annoncée solennellement par le diacre après la proclamation de l’Evangile.

Toujours selon le bureau des célébrations liturgiques pontificales, « l’Epiphanie est une fête de la rédemption et elle atteindra sa plénitude dans les événements de Pâques. Dans ce contexte, la manifestation du Seigneur aux Mages apparaît comme le premier acte d’une séquence d’épiphanies-manifestations qui sont le tissu de toute l’existence terrestre du Christ. Lumière du monde, Il est le but final de l’histoire, le point d’arrivée d’un exode, d’un chemin de rédemption providentiel qui culmine avec sa mort, sa résurrection et son ascension au Ciel. C’est pourquoi la liturgie prévoit, dans la solennité de l’Epiphanie, ce qu’on appelle l’« Annonce de la Pâque » : l’année liturgique résume en effet toute la parabole de l’histoire du salut, au centre duquel se trouve le Triduum du Seigneur crucifié, mis au tombeau et ressuscité ».

En France, l’Epiphanie est anticipée au dimanche 5 janvier.