Les chrétiens du Nigeria pardonnent à leurs agresseurs

| 1348 clics

ROME, Dimanche 11 juin 2006 (ZENIT.org) – Les chrétiens nigérians, qui ont perdu des dizaines de leurs proches lors des attaques perpétrées par des fondamentalistes islamistes, ont surpris leur agresseurs en renonçant aux représailles et en s’engageant encore plus dans leur foi.



Dans des révélations sur les dimensions de la vague de violence qui en février a ravagé le nord du Nigeria, sœur Christiana Akpah a expliqué à « Aide à l’Eglise en détresse » (AED), que les islamistes de l’Etat de Borno (au nord-est du pays) « sont incapables de comprendre » la détermination de la communauté chrétienne à pardonner à leurs oppresseurs.

A plus de trois mois des attaques, sœur Christiana, qui œuvre dans la localité de Shuwa (à quelques 170 km de Maiduguri), a expliqué de quelle manière les chrétiens cherchent à surmonter l’une des pires séries d’actes de violence dans l’histoire récente de la région.

Vendredi 17 février, 58 personnes ont été assassinées à Borno, et près de 50 églises ont été assaillies. Une centaine de magasins ont également été détruits. La violence s’est déchaînée à cause des caricatures concernant le prophète Mahomet publiées dans certains journaux occidentaux.

Les attaques, particulièrement nombreuses à Maiduguri, capitale religieuse du Borno, faisaient parties d’un cycle de violence plus vaste qui a coûté la vie à 300 chrétiens dans tout le nord du Nigeria.

Selon sœur Christiana, les catholiques et les protestants de Maiduguri ont malgré tout accueilli l’appel à la non-violence lancé par leurs responsables.

« Depuis les attaques, les églises sont pleines, à tel point qu’il a été nécessaire d’installer des tentes pour les personnes qui se trouvent à l’extérieur, a déclaré la religieuse, appartenant aux sœurs Augustinienne de Jésus miséricordieux. Ceci nous donne une force énorme ».

« Les musulmans disent que les chrétiens doivent avoir quelque chose de spécial, a-t-elle ajouté. Ils disent : ‘Voyez ce que nous leur avons fait, et ils continuent à aller à l’église sans chercher vengeance’ ».

En tant qu’association engagée dans le soutien aux chrétiens qui souffrent, l’AED subventionne la reconstruction de la maison paroissiale adjacente à la cathédrale de Kontagora, une des zones au nord du Nigeria, théâtre de conflits.