"Les défis de la culture de la vie", par Mgr Sgreccia

Pour une mobilisation de toute l´Eglise

| 524 clics

CITÉ DU VATICAN, Mercredi 28 février 2001 (ZENIT.org) - Le vice président de l´Académie pontificale pour la vie, Mgr Elio Sgreccia, a confié hier, au micro de Radio Vatican son point de vue sur les défis actuels pour construire une "culture de la vie". Il invitait à une mobilisation de toutes les forces dans l´Eglise pour promouvoir cette "culture de la vie".



"Les défis actuels posés à la culture de la vie viennent de différentes sources. Celles de caractère scientifique: la science propose des ressources, des techniques d´intervention sur la vie humaine, par exemple l´utilisation des embryons humains comme ressource thérapeutique, la pilule du lendemain, pour citer des ressources offertes en ce moment, qui peuvent détruire des vies humaines qui sont même techniquement proposées pour l´utilisation de l´homme pour en faire un instrument. Mais il en est d´autres qui peuvent venir de la loi: il y a dans le monde - même en Europe - des propositions de loi, par exemple à propos de l´euthanasie, après celles sur l´avortement, celles qui se réfèrent à la procréation artificielle. Il y a ensuite les attentats à la vie qui viennent de mauvais comportements".

Il dénonçait l´origine commune de ces menaces contre la vie, ce qu´il désigne comme "la culture de la mort". Et d´expliquer: "La culture de la mort naît de la recherche frénétique de l´hédonisme, du plaisir, de ce qui est utile à l´individu, aux dépends d´autres valeurs de la vie de la personne même ou d´autres personnes. Le meilleur remède pour combattre la culture de la mort et les défis relatifs, est d´implanter une culture de la vie valide".

Il concluait: "Nous ne devons jamais abandonner l´espérance, parce que les ressources de l´homme sont prodigieuses lorsqu´elles sont mobilisées pour le bien de l´humanité, pour le bien des générations futures. Et nous les croyants, en particulier les chrétiens, nous savons que nous pouvons compter sur l´aide de la grâce qui régénère continuellement la vie… Naturellement, il faut une mobilisation qui ne soit pas seulement le fait d´individus mais aussi de groupes et de toute l´Eglise. Nous devons tout spécialement nous adresser aux Laïcs pour qu´ils oeuvrent au bien de la vie humaine, de la famille, de la santé et proposent une nouvelle mobilisation de toutes les forces saines au service de la vie".