Les deux François à Assise, ensemble

"Saint François parlera"

Assise, (Zenit.org) Salvatore Cernuzio | 771 clics

François en visite chez François, un événement pour la ville d’Assise qui frémit depuis le 2 mai dernier. Depuis que le pape, après avoir reçu en audience privée le Ministre général des Franciscains, le père Marco Tasca, le "Gardien" du "Saint Couvent" d’Assise, le père Mauro Gambetti, et le directeur de la revue San Francesco, le père Enzo Fortunato, a annoncé son désir de visiter la "Ville Séraphique" le 4 octobre, jour de la fête du Poverello.

A la veille de cette visite historique l’ambiance en ville est électrique. Le désir de voir le pape fouler les lieux qui ont marqué l’histoire et le chemin de foi de son saint patron est aussi fort chez les 100.000 pèlerins attendus que chez les journalistes accrédités. ZENIT a parlé de tout cela avec le Gardien du Saint-Couvent, le père Mauro Gambetti.

Zenit - Pour la première, un pape qui a choisi le nom de François d’Assise vient visiter la ville natale du Poverello …

P. Gambetti - C’est une rencontre historique, car le pape François s’est mis tout de suite sur les traces de François d’Assise, en faisant siennes des valeurs qui ont caractérisé la vie du saint: « Un homme de pauvreté, un homme de paix. L'homme qui aime et veille sur la Création ». Maintenant le pape est en train de secouer l’Eglise, comme fit d’une autre façon le fils de Pietro di Bernardone.

Ce n’est pas un hasard si le Saint-Père, dans sa récente interview au fondateur de La Repubblica, Eugenio Scalfari,  a déclaré que son idéal d’Eglise est précisément celui de François d’Assise : une Eglise « pauvre et missionnaire ». Un idéal, a-t-il dit, aujourd’hui « plus que valable », quel effet ces paroles font-elles à la communauté franciscaine?

Un effet positif, naturellement. Nous sommes enthousiastes car c’est comme si nous voyions s’élargir, grossir,  le charisme de François. Amplifié par l’écho de ce que la figure du pape donne et fait; grossi afin que, de cette façon, tout le monde puisse l’observer attentivement, mais aussi le vivre concrètement, dans les choix concrets de chaque jour. 

La visite du pape est une visite pastorale, rythmée par tant de moments où le pape restera seul en intimité avec son saint patron...

La journée sera intense pour tout le monde, surtout pour le pape qui veut toucher tous les lieux symboles du franciscanisme. En dehors de la basilique et de la tombe du sait, le pape se rendra dans la Salle du Dépouillement, l’endroit où François renonça aux biens matériels ; à la cathédrale de Saint-Ruffin, l’église mère de François; à l’Ermitage des Carceri qui, selon la tradition est un lieu privilégié pour la contemplation; au sanctuaire de Rivotorto;  à la basilique Sainte-Claire et à la Basilique Sainte-Marie-des-Anges, où se trouve la Portioncule, la petite église que François restaura avec ses compagnons et lieu de son passage.

Parmi tous ces événements, quel est celui qui aiguise le plus votre curiosité ?

Toutes les étapes sont très intéressantes et je crois que nous avons un dénominateur commun avec trois significations précises que je voudrais décliner : un signification « humaine », car nous aurons une image du saint dans toute son humanité ; une signification « spirituelle », car François plonge les racines de son humanité dans le sol de l’Evangile ; une signification « sociale », parce que tout ce que François a fait et a dit , toucha les « nerfs » de la société   à toute époque quine sont pas restés enfermés dans une Eglise. On peut dire que François a secoué les axes du monde: pensons au thème de la paix, de la Protection de la Création, de la pauvreté …

La pauvreté, voilà justement un thème sur lequel le pape insiste souvent. Au point d’ailleurs qu’il déjeunera avec les pauvres de la Caritas diocésaine...

Le pape a voulu ajouter à ses étapes, déjà nombreuses, deux rendez-vous de grande signification: avec l’Institut Séraphique, qui s’occupe de soins et réhabilitation d’handicapés et avec le centre Caritas diocésain. Des étapes qui témoignent l’attention du pape envers les « derniers »,  comme on l’a déjà vu à d’autres occasions.

Vous avez déjà eu le privilège de rencontrer le Saint-Père, de le voir de près, le 2 mai dernier: quelles impressions vous restent de cette rencontre?

D’une personne aimable, toujours prête à accueillir et à s’ouvrir aux nouveautés. A cette occasion il  a accepté en effet la proposition d’utiliser une Tablet pour visiter virtuellement la tome de saint François, à travers une caméra fixe positionnée dans la crypte, et d’envoyer une des premières prières: « François d’Assise intercède pour la paix de nos cœurs ».

On  parle beaucoup de l’attente des franciscains, des frères, des sœurs, des jeunes et des pèlerins pour cette visite … Mais, à votre avis, qu’attend le pape ?

J’imagine que le Saint-Père voudra voir, toucher, sentir le parfum des paysages et des pierres qui ont « engendré » et « accueilli » François; il voudra comprendre à travers les symboles, les icônes et les fresques comment a été relue la biographie du saint; il voudra voir comme vivent ces frères témoins de son expérience. Il voudra offrir un enseignement à l’Italie tout entière qui se reconnaît dans l’humanisme de François pour les valeurs de la paix, de la fraternité et du dialogue. Et je crois  aussi que, de son côté, le Séraphin « courra » à la rencontre du pape pour lui baiser les mains, pour que celles-ci touchent le Verbe de la vie et tiennent le gouvernail de la barque de Pierre. Il lui inspirera certainement une parole qui éclaire et oriente le parcours de « son » Ordre, qui s’est multiplié et diversifié tel un arc-en-ciel. Ill demandera aussi une prière pour ses fils et ses frères. S’il sera interpellé, Saint François parlera.

Traduction d'Océane Le Gall