Les discriminations contre les chrétiens doivent être dénoncées et éliminées

Angélus de la Saint-Etienne

Rome, (Zenit.org) Anita Bourdin | 645 clics

Les discriminations contre les chrétiens doivent être dénoncées et éliminées au plan civil, demande le pape François, à l’occasion de l’angélus du 26 décembre à midi, pour la fête de saint Etienne, place Saint-Pierre.

Le pape a expliqué que si, apparemment, il y a un contraste frappant entre la joie de la Nativité, le 25 décembre, et la fête du premier martyr, lapidé, un diacre juif, saint Etienne, cependant, profondément, cette fête révèle le sens de Noël, non pas doucereux, mais fort. C’est la venue de celui qui vient sauver l’humanité du péché et de la mort : Jésus transforme la mort en « aurore de vie nouvelle », a expliqué le pape.

Il a évoqué la persécution des chrétiens aujourd’hui aussi, faisant observer que les chrétiens martyrs sont actuellement plus nombreux qu’aux premiers siècles : « Prions de façon particulière pour les chrétiens qui subissent des discriminations à cause du témoignage rendu au Christ et à l’Evangile. Soyons proches de ces frères et sœurs qui, comme saint Etienne, sont accusés injustement et deviennent l’objet de différents types de violences. Cela arrive spécialement là où la liberté religieuse n’est pas encore garantie ou n’est pas pleinement réalisée. »

Mais le pape a aussi dénoncé les discriminations contre les chrétiens dans les pays où le droit défendrait pourtant la liberté : « Cela arrive aussi dans des pays et des milieux où, sur le papier, on protège la liberté et les droits humains, mais où en fait les croyants et spécialement les chrétiens rencontrent des limitations et des discriminations. »

Il a appelé à lutter au plan civil : « Le chrétien ne s’en étonne pas, parce que Jésus l’a annoncé comme une occasion propice pour rendre témoignage. Cependant, au plan civil, l’injustice doit être dénoncée et éliminée. »

Enfin, sortant de l'allocution prévue, le pape a invité la foule à prier pour les chrétiens persécutés avec lui sans attendre : « Je voudrais vous demander de prier de façon particulière pour ces frères et sœurs, en silence, un moment, tous. Nous les confions à la Madone : Ave Maria, gratia plena, Dominus tecum, benedicta tu in mulieribus et benedictus fructum ventris tui Jesus. Sancta Maria, Mater Dei, ora pro nobis peccatoribus, nunc et in ora mortis nostrae. Amen. »