Les enfants et la télévision : Il ne suffit pas d’interdire, il faut proposer de bonnes émissions

Déclarations de Jean-Paul II aux journalistes catholiques

| 983 clics

CITE DU VATICAN, lundi 22 avril 2002 (ZENIT.org) – Le pape Jean-Paul II a lancé un appel aux media, notamment aux chaînes de télévision et à Internet, à veiller particulièrement au bien des enfants qui passent parfois plus de temps devant la télévision qu’avec leurs parents.



« La télévision devient souvent pour les enfants le principal point de référence, avec des significations et des fonctions impropres, qui exercent une influence négative sur leur développement, surtout quand la présence prolongée devant le petit écran arrive même presque à remplacer la présence des parents » déclare le Saint Père dans un message adressé à l’Union Catholique de la Presse Italienne (UCSI) qui organisait vendredi dernier un congrès à Rome sur le thème : « Les enfants et les moyens de communication ». Environ 3.000 journalistes font partie de l’UCSI.

Le pape constate qu’il y a peu d’émissions adaptées aux plus jeunes. « Il est urgent de réaliser des produits qui respectent les dynamiques pédagogiques et les valeurs éthiques et tiennent compte de la sensibilité et des exigences éducatives des enfants », a-t-il ajouté.

Le pape explique qu’il ne suffit pas d’interdire, il faut « produire des émissions qui favorisent la croissance de la personne, le sens du bien, la capacité d’affronter correctement les aspects les plus difficiles de la vie ».

Il souligne l’importance de savoir proposer « les vérités religieuses, capables de fournir des réponses appropriées aux questions les plus profondes, qui accompagnent la croissance et le développement de la personne » et invite les professionnels de la communication à s’engager « avec discernement et en même temps un esprit d’initiative » à offrir des services « qui garantissent aux générations futures un climat à l’abri de toute manipulation et abus ».

« Les possibilités et les moyens dont disposent les adultes dans ce domaine sont énormes. Les adultes sont en mesure de stimuler l’esprit des enfants à l’écoute, ou de l’endormir et – Dieu nous en garde – de l’intoxiquer de façon irréversible. C’est une responsabilité très grave, à laquelle on peut appliquer les paroles les plus sévères prononcées par le Christ, justement pour mettre en garde contre le fait de scandaliser les petits et les faibles » (cf. Mt 18, 6), a expliqué le Saint-Père.