Les évêques d’Ile de France invitent à prier pour la vie, le 28 mai

| 1763 clics

ROME, Lundi 25 mai 2009 (ZENIT.org) - Alors que le « pays est engagé dans des Etats généraux de la bioéthique », le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, et les évêques d'Ile de France ont invité les fidèles à venir prier pour la vie.

Cette veillée de prière, d'enseignement et de témoignages sur le thème ‘Choisis donc la vie !' (Dt 30, 19) se déroulera le jeudi 28 mai de 20h30 à 22h00, à Notre-Dame de Paris.

Dans une lettre d'invitation envoyée pour l'occasion, le cardinal Vingt-Trois évoque les Etats généraux de la bioéthique ouverts en février dernier, et les « grandes questions » actuellement « en discussion en vue de la révision des lois dites ‘de bioéthique' ».

« Ces sujets nous concernent tous », souligne-t-il. « Au-delà de l'objet précis de ces lois, toute femme, tout homme, est confronté, directement ou par ses proches, aux questions posées par les commencements de la vie ou par la fin de la vie ».

« Car si l'arrivée d'un enfant est source de très grandes joies, il se peut aussi qu'elle apporte de grandes inquiétudes et de vraies douleurs », poursuit l'archevêque de Paris. « Beaucoup de couples, à l'inverse, ne parviennent pas à avoir un enfant naturellement et en souffrent profondément ».

Pour le cardinal Vingt-Trois, si « les progrès considérables de la médecine et de la technique permettent de sauver des vies qui, il y a peu, auraient été perdues », ils « suscitent aussi des interrogations ». « Comment ne pas transformer l'être humain en instrument ? La fin de la vie d'un proche oblige les familles et la société à des choix difficiles: quels soins donner ? Comment accompagner la personne dans sa douleur physique et morale et dans sa peur de la souffrance et de la mort ? »

Cette veillée de prière est donc l'occasion de demander « ensemble » la « grâce de vivre vraiment du respect de toute vie humaine ». « Nous prierons avec et pour ceux et celles qui ont été ou qui sont devant des décisions difficiles et douloureuses ; nous intercéderons pour les médecins, les chercheurs, les personnels soignants, ceux qui cherchent les moyens d'alléger la souffrance et la peur des autres, et pour les hommes politiques et les autres responsables qui ont des décisions à prendre », conclut le cardinal Vingt-Trois.