Les évêques du Cameroun dénoncent « les rituels avilissants »

« L’Eglise est pour les traditions, pas pour les pratiques inhumaines »

| 2151 clics


ROME,  Mardi 18 mai 2010 (ZENIT.org) - Les évêques du Cameroun ont dénoncé, à l'occasion de la fête de l'Ascension, les rituels « avilissants » à l'instar des mutilations génitales pratiquées dans certaines régions du pays, en l'occurrence, dans la partie septentrionale du Cameroun.  

Au nom des évêques de la province ecclésiastique du Nord, l'évêque de Ngaoundéré, Mgr Joseph Djida, par ailleurs vice-président de la Conférence épiscopale nationale du Cameroun (CENC), s'est insurgé contre certaines pratiques très ancrées dans les mœurs de cette région du pays. 
 
Selon la presse locale qui rapporte les déclarations de l'évêque :  « L'Eglise est contre certaines initiations dont les pratiques sont à la fois inhumaines et contraires au projet de Dieu ».

« On a pas besoin d'imposer toutes ses contraintes aux gens sous prétextes de respect pour la tradition. L'Eglise catholique n'est pas contre la tradition, mais elle est totalement opposée à toute pratique inhumaine », ont insisté les évêques. 
 
Entre autres traditions dénoncées par les évêques, les mutilations sexuelles et génitales, les mariages forcés et précoces, la polygamie sauvage et d'autres rituels pratiqués sur les jeunes garçons afin de faire d'eux de vrais hommes.  

Pour les évêques, l'Ascension de Jésus Christ apparaît comme « un exemple de pureté qui doit amener les hommes à prendre Dieu pour exemple, c'est-à-dire vivre en harmonie avec ses congénères et les aimer sans tenir comptes de quelques considérations que ce soit ».