Les évêques maronites du Liban demandent à l’ONU d’intervenir pour la paix

| 638 clics

ROME, Dimanche 23 juillet 2006 (ZENIT.org) – Les évêques maronites, pasteurs de l’Eglise majoritaire au Liban en communion avec Rome, demandent un cessez-le-feu immédiat et la mobilisation pour venir en aide aux victimes du conflit.



Réunis en assemblée plénière extraordinaire, vendredi dernier, les évêques ont publié un document final (cf. section « documents » ci-dessous pour le texte intégral).

Deux évêques du sud du Liban n’ont pas pu participer à l’assemblée : Mgr Nabil Hajje de Tyr et Mgr Elias Nassar de Saïda.

Les évêques « pressent les fidèles de répondre à l’appel lancé par le Saint-Père… à une journée de prière et de pénitence », rappelant que le pape « invite aussi tous les croyants, à quelque religion qu’ils appartiennent, à élever leurs cœurs vers Dieu, seul maître de l’histoire et juge des actions humaines, bonnes et mauvaises ».

« L’assemblée exhorte tous les Libanais à accueillir dans l’amour et la solidarité leurs frères forcés par la guerre à abandonner leurs foyers et leurs villages, abstraction faite de leur appartenance communautaire, poursuit le communiqué. Le malheur doit nous unir et non nous séparer. Il doit nous placer face à nos responsabilités et aux conséquences de nos actes sans pour autant nous pousser aux échanges d’accusations ».

L’assemblée exhorte par ailleurs « les membres du Conseil de sécurité de l'ONU à mettre fin une fois pour toutes au cycle de la violence au Liban en adoptant sans délai une résolution demandant un cessez-le-feu immédiat, par égard pour les civils innocents, et en réglant la crise de façon radicale de sorte que justice entière soit faite à toutes les parties ».

Etant donné que les bombardements ont isolé la plupart des villes et villages du Liban, en particulier au sud et dans la Békaa, les évêques demandent aux organisations humanitaires, « en particulier le CICR et la Croix-Rouge libanaise, d'œuvrer à l'acheminement vers ces populations de nourriture, de médicaments et d'autres produits de première nécessité ».