Les « exercices spirituels » pour favoriser la rencontre avec Dieu

Benoît XVI à la fédération italienne des Exercices spirituels

| 1299 clics

ROME, Mardi 12 février 2008 (ZENIT.org) - Les « exercices spirituels » favorisent la rencontre personnelle et communautaire avec Dieu, a rappelé le pape Benoît XVI en recevant samedi dernier au Vatican les membres de la Fédération italienne des Exercices spirituels (FIES), à l'occasion de leur assemblée générale.

Cette assemblée est centrée sur l'Eucharistie : « Pour une spiritualité chrétienne authentiquement eucharistique ».

Benoît XVI a recommandé que « ne manquent jamais » dans les maisons dédiées aux retraites spirituelles « des responsables et des agents bien formés, des guides, des animateurs et des animatrices disponibles et préparés, doués de qualités doctrinales et spirituelles qui en fasse de vrais maîtres spirituels, des experts passionnés par la Parole de Dieu, et fidèles au magistère de l'Eglise ».

Le pape voit en effet dans une retraite spirituelle « une forte expérience de Dieu, suscitée par l'écoute de sa Parole, comprise et accueillie dans le vécu personnel, sous l'action de l'Esprit Saint, et qui, dans un climat de silence, de prière et par la médiation d'un guide spirituel, donne la capacité de discernement en vue de la purification du cœur, de la conversion de la vie, de la suite du Christ, pour l'accomplissement de la mission dans l'Eglise et dans le monde ».

Le pape souligne qu'une retraite spirituelle est aussi l'occasion de redécouvrir les sacrements et les dévotions du chapelet et de la via crucis. « Un bon cours d'exercices spirituels contribue, disait encore le pape, à renouveler en qui y prend part, la joie et le goût de la liturgie, en particulier de la digne célébration des Heures et surtout de l'Eucharistie. Il aide à redécouvrir l'importance du sacrement de la pénitence, nécessaire au chemin de conversion et don de réconciliation, ainsi que la valeur et la signification de l'adoration eucharistique ».

Il explique que durant les exercices il est possible de retrouver également « le sens plénier et authentique du saint rosaire, et de la pratique du Chemin de Croix ».

Anita S. Bourdin