Les femmes catholiques dénoncent le langage ambigu de l’ONU

La convention contre la discrimination des femmes passée au crible

| 2361 clics

ROME, Jeudi 26 novembre 2009 (ZENIT.org) - Les représentantes d'organisations de femmes catholiques de 25 pays ont fait savoir au secrétaire général de l'ONU qu'elles rejetaient la convention de l'organisme contre la discrimination à l'égard des femmes.

Ce refus fait l'objet d'une lettre envoyée à Ban Ki-Moon par la présidente de l'Union mondiale des organisations catholiques féminines (UMOFC), Karen Hurley, dès la fin des travaux de la réunion annuelle des représentantes de l'Union, qui a eu lieu à Rome du 14 au 18 novembre. 

La lettre appelle l'organisation internationale à « entreprendre des actions concrètes à l'égard des femmes et des enfants, victimes innocentes de violences », et affirme ne pas soutenir la convention des Nations unies sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard de la femme (CEDAW).  

« La CEDAW, explique-t-elle, est un outil qui peut servir à encourager la violence [contre les] femmes et les jeunes filles, les mères et les enfants » car elle exerce des pressions sur les pays du monde afin qu'« ils légalisent et financent l'avortement, encouragent les contraceptifs, la reproduction assistée pour des unions homosexuelles et autres actes immoraux qui vont contre la loi naturelle de Dieu ». 

L'UMOFC, ajoute-t-elle, « défie et mettra en évidence le langage ambigu qui se cache sous l'utilisation de certains termes comme genre, reproductif, santé, choix ou droits ».  

« Nous vous appelons, poursuit Karen Hurley, à prendre des décisions qui permettent d'agir pour extirper cette violence à l'égard des femmes de tout âge et de toute condition, et à promouvoir un respect total de leur dignité ». 

« Le créateur a donné une dignité à la femme. Celle-ci  doit être  respectée dans son intégralité », souligne-t-elle.  

Benoît XVI

A la fin de leur rencontre, les participantes à la rencontre de l'UMOFC, ont assisté à l'audience générale de Benoît XVI.

Un communiqué de presse de l'Union rapporte que la présidente et la secrétaire générale ont pu échanger quelques mots avec le pape après l'audience.

Le pape a été « encourageant », précise le communiqué. Il estime que l'organisation fait un « bon travail ». 

Les représentantes de l'Union ont discuté de leurs projets pour le centenaire de l'assemblée de l'Union, qui sera célébré du 5 au 11 octobre 2010 en Terre Sainte sur le thème : « Vous serez mes témoins » (Actes 1, 8). 

Les participantes ont aussi rencontré des représentants de la secrétairerie d'Etat et du Conseil pontifical pour les laïcs.

Le thème de la réunion annuelle de l'UMOFC était : « Développement humain : en travaillant pour la paix et la justice ». 

Parmi les orateurs figuraient le père Thomas Williams l.c., professeur de théologie à l'université Regina Apostolorum de Rome, qui a parlé de la conscience, un thème auquel il a consacré divers ouvrages, et le sous-secrétaire du Conseil pontifical pour la famille, Mgr Carlos Antonio Simón Vázquez, qui est intervenu sur les programmes des Nations unies portant atteinte aux lois de Dieu. 

Pour plus de détails, http://wucwo.org/