Les femmes handicapées dans la société

Mobilisation du Conseil oecuménique des Eglises

Genève, (Zenit.org) | 790 clics

«Les femmes handicapées sont souvent exclues de la société et elles ne sont plus considérées comme des bénéficiaires des dons de Dieu», a déclaré la pasteure Micheline K. Kamba à l'occasion d'une récente conférence du Conseil œcuménique des Églises (COE). Selon elle, il est important de prier pour que des mesures soient prises face à la situation alarmante de violence que subissent les femmes handicapées. Nous publions ce communiqué du COE sur ce sujet (cf.http://www.oikoumene.org/fr/coe.html).

La pasteure Kamba, qui est elle-même handicapée, est une membre du Comité central du COE originaire de République démocratique du Congo. Elle est coordinatrice bénévole pour l'Afrique francophone du Réseau œcuménique de défense des personnes handicapées (EDAN), un projet du COE.  

C'est lors d'une récente conférence de l'EDAN, à Johannesburg (Afrique du Sud) du 27 février au 2 mars, que la pasteure Kamba a abordé la question de la marginalisation des femmes handicapées, encourageant les Églises à prendre davantage d'initiatives pour protéger leurs droits.

«La plupart des femmes handicapées souffrent de graves problèmes psychologiques. Elles ont du mal à voir que Dieu est avec elles. Elles pensent qu'elles sont maudites et qu'elles portent malheur à la société», a affirmé la pasteure Kamba.

«Il faut de toute urgence trouver une solution à la lumière de la ferme prise de position du COE sur la recherche de la paix et de la réconciliation. Pour le COE, la paix véritable sera possible quand les femmes qui sont détruites de l'intérieur trouveront leur raison d'être», a déclaré la pasteure congolaise.

Elle a poursuivi en affirmant que les témoignages apportés par les femmes handicapées à la Neuvième Assemblée du COE, au Brésil, en 2006, et au Rassemblement œcuménique international pour la paix, en Jamaïque, en 2011, manifestent la vulnérabilité de ces femmes face aux abus, au harcèlement et au viol.

«Ainsi, la paix, la réconciliation et la guérison auront lieu quand nos efforts nous permettront de reconstruire une image positive des femmes handicapées qui ont été victimes de ces fléaux», a-t-elle indiqué.

«Ces efforts doivent s'accompagner d'une promotion de la coopération œcuménique entre femmes provenant de milieux divers. Cette prise de conscience peut donner aux femmes les moyens d'agir et les aider à s'opposer à toutes sortes d'abus», a conclu la pasteure Kamba.

La conférence de l'EDAN avait invité à la réflexion sur «la violence faite aux femmes handicapées» en mettant l'accent sur la prière «Dieu de la vie, conduis-nous vers la justice et la paix», thème de la Dixième Assemblée du COE, qui se tiendra prochainement à Busan (République de Corée).

La conférence a réuni une trentaine de participantes et participants de plusieurs pays, notamment des femmes handicapées de la République démocratique du Congo, de Madagascar, du Burundi, du Kenya, d'Afrique du Sud, du Togo et des États-Unis.  

L'événement a été accueilli par «The Haven», un foyer de Pietermaritzburg (Afrique du Sud) offrant une protection aux victimes de violences et d'abus domestiques.

Les Églises s'attaquent à la violence faite aux femmes handicapées (Communiqué de presse du COE du 8 mars 2013, en anglais)

Plus d'informations sur le Réseau œcuménique de défense des personnes handicapées