« Les grandes guerres sont préparées par une multitude de petites guerres »

Déclarations de Mgr Comastri, prédicateur des exercices spirituels du pape

| 1119 clics

CITE DU VATICAN, dimanche 9 mars 2003 (ZENIT.org-Avvenire) – Les Exercices spirituels du pape et de la Curie romaine commencent ce soir à 18.00. En cette année que Jean-Paul II a voulu consacrer au Rosaire, c’est l’archevêque Angelo Comastri, archevêque du sanctuaire marial de Lorette, qui proposera les méditations. Il a accordé un entretien à l’Avvenire déclarant qu’il se préparait à cette tâche avec une humilité franciscaine. Le thème des exercices spirituels est : « Dieu est amour ! Repartons de cette bonne nouvelle ».



Q : Le pape, en ces temps d’angoisse pour le destin du monde a invité plus d’une fois à la conversion des cœurs. C’est un thème central au carême.

Mgr Comastri : « La guerre, n’importe quelle guerre, a été définie par le pape, ‘un échec de l’humanité’. Nous ne pouvons donc pas nous résigner au fait que la guerre soit quelque chose de normal. Nous devons travailler, c’est-à-dire nous convertir, afin de créer les conditions nécessaires pour recevoir de Dieu le don de la paix. Le grandes guerres en effet, sont préparées par une multitude de petites guerres d’orgueil et d’égoïsme, par une multitude de petites gouttes de haine et d’injustice. Ces gouttes dépendent de nous. Et nous serions des hypocrites si nous condamnions le fruit sans extirper la graine.

Q : Selon vous, sur quoi faut-il mettre l’accent pour redécouvrir l’amour de Dieu, thème de vos méditations, qui agit dans l’histoire ?

Mgr Comastri : « On pourrait me dire : ‘comment fait-on pour parler de l’amour de Dieu si l’on tient compte de la situation dramatique dans le monde aujourd’hui ?’ Je réponds par une anecdote. Il y a quelques années, après une conférence sur la miséricorde de Dieu, un jeune s’est levé et a déclaré : ‘Si j’étais Dieu je donnerais un grand coup de pied à la terre et je la laisserais dégringoler dans l’espace comme une navette devenue folle. C’est tout ce que les hommes méritent ». Dieu, précisément parce qu’il est amour, ne l’a pas fait et ne le fera jamais. Dieu en revanche, en dépit de la folie des hommes prépare des cieux nouveaux et une terre nouvelle pour tous ceux qui lui ouvrent leur cœur dans l’humilité de la foi : voilà quelle est la grande espérance des chrétiens ».

Q : En tant qu’archevêque de Lorette vous apporterez également l’expérience mariale de prière pour l’Italie voulue par le pape. En cette année que le pape a voulu consacrer au Rosaire. Quel est le rôle de Marie dans la construction d’un monde de paix ?

Mgr Comastri : « A Lorette, chaque jour, au moment où nous allumons la lampe, nous prions pour l’Italie, pour l’Europe et pour le monde : et nous demandons la paix. Marie a un rôle particulier dans cette grande entreprise : le rôle de la maman, que Jésus a officiellement reconnu du haut de la Croix. Qu’est-ce que fait une maman ? Lorsqu’elle voit ses enfants en guerre les uns contre les autres, elle souffre et fait tout pour rétablir la paix. C’est ce que fait Marie. Et cette pensée est déjà un motif de grande consolation ».