« Les gynécologues catholiques sont de vrais héros »

A Rome, un congrès de la FIAMC sur la dignité de la maternité

| 1519 clics

ROME, Mardi 5 avril 2011 (ZENIT.org) - La Fédération internationale des médecins catholiques (FIAMC) a convoqué à Rome un congrès sur la dignité de la maternité et des gynécologues qui aura lieu à l'Institut Maria SS. Bambina du 31 août au 4 septembre.



Le Congrès, qui est le VIIIème congrès des gynécologues catholiques, est organisé par MaterCare International de la FIAMC, et a le soutien du Conseil pontifical pour la pastorale des services de la santé et de l'Académie pontificale pour la vie.

Il a pour objectif de souligner d'une part la valeur de la maternité, de l'autre le rôle irremplaçable des gynécologues et du personnel de santé dans sa défense.

« En plus des sages-femmes et du reste du personnel médical, obstétriciens et gynécologues sont les doigts qui touchent le bien de la vie à naître. Ils agissent à des moments clefs de la vie d'un être humain, et peuvent faire beaucoup de bien ou beaucoup de mal », a déclaré à ZENIT le président de la FIAMC, le docteur José María Simón Castellví.

Durant la présentation du congrès, les gynécologues catholiques ont été décrits comme « un signe de contradiction dans le monde de la culture de la mort ».

« Ils sont aujourd'hui d'authentiques héros, soumis à de fortes pressions », a souligné le médecin espagnol déplorant que dans de nombreux pays dits civilisés il soit impossible de « se former à la gynécologie sans devoir pratiquer l'avortement ».

« Malheureusement, a-t-il commenté, il y a des groupes ou des organismes publics internationaux qui, au lieu de promouvoir le bien, se résignent à éliminer des innocents dans le ventre maternel sous prétexte qu'ils ne trouvent pas de soutien dans la médecine, et combattent la fertilité comme si l'enfant était un 'insecte' ».

Actuellement, a-t-il ajouté, les défis que doivent affronter les gynécologues sont : la réglementation naturelle de la fertilité, la protection de la maternité, un service intense mais non substitutif auprès des époux qui ne sont pas fertiles.

Une des grandes préoccupations de la FIAMC est la situation des mères dans les pays en voie de développement qui reçoivent peu, voire aucune, assistance sanitaire », a poursuivi le président de la FIAMC rappelant que « chaque jour, 1.500 femmes meurent des complications liées à leur grossesse ou à l'accouchement, dont la majorité dans les pays pauvres ». Et pourtant aujourd'hui « la médecine a tous les instruments pour aider les mères et leurs enfants sans détruire rien ni personne », ajoute le docteur José María Simón Castellví.

Pour plus d'informations, www.fiamc.org