Les Instituts séculiers, présence de l'Eglise dans le monde

Message de Benoît XVI

| 1439 clics

Anne Kurian

ROME, mardi 24 juillet 2012 (ZENIT.org) – Les personnes consacrées aident l’Eglise à « réaliser son existence dans le monde », souligne Benoît XVI, qui les exhorte à avoir « un regard humain qui coïncide toujours plus avec celui de Dieu », notamment sur l’histoire.

Le pape a fait parvenir un message aux membres des Instituts séculiers, réunis à Assise du 21 au 26 juillet 2012 pour leur Congrès, intitulé « A l’écoute de Dieu ‘dans les sillons de l’histoire’: la sécularité parle à la consécration ». Radio Vatican signale ce message.

Le Congrès sera suivi par une Assemblée générale de la Conférence mondiale des Instituts séculiers (CMIS) du 26 au 29 juillet 2012.

Une vie joyeuse et pleine

Le pape exhorte les consacrés à être « disponibles pour construire des chemins de bien commun, toujours prêts à mettre en jeu leur propre vie », à être créatifs selon l’Esprit-Saint, à avoir des « regards capables d’avenir et des racines solides en Christ » et à « embrasser avec charité les blessures du monde et de l’Eglise ».

L’objectif est de « vivre une vie joyeuse et pleine, accueillante et capable de pardon, parce que fondée sur Jésus-Christ ».

Benoît XVI les encourage, dans le temps présent qui « pose des questions profondes à la vie et à la foi », à « habiter dans le monde en en assumant tous les poids et tous les désirs, avec un regard humain qui coïncide toujours plus avec celui de Dieu ».  

Pour le pape, les Instituts séculiers doivent promouvoir le « don total » dans la rencontre personnelle avec l’amour de Dieu, la « vie spirituelle » qui est « un point ferme et indispensable » et implique de « rapporter toute chose au Christ », dans la prière et l’écoute de la parole de Dieu et enfin la « formation », comprise comme l’éducation à « cette sagesse qui est toujours consciente de la centralité humaine et de la grandeur du Créateur ».

Présence de l’Eglise dans le monde

Grâce à ces ancrages, souligne Benoît XVI, les consacrés sont « capables de se laisser interroger par les complexités du monde » et de « s’engager dans un discernement de l’histoire à la lumière de la Parole de vie ».

Il en va de la présence de l’Eglise même, insiste le pape : en effet, les consacrés ont une mission importante, celle d’aider l’Eglise à « réaliser son existence dans le monde ».

Ils sont « capables d’un regard profond et d’un bon témoignage à l’intérieur de l’histoire », ajoute-t-il.

Ainsi, explique-t-il, à travers la « théologie de l’histoire, partie essentielle de la nouvelle évangélisation », les hommes d’aujourd’hui puissent retrouver ce regard « vraiment libre et pacifique sur le monde » dont ils ont besoin.

Grâce aux consacrés, « la relation entre l’Eglise et le monde » est vécue « sous le signe de la réciprocité », car « ce n’est pas seulement l’Eglise qui donne au monde, contribuant à rendre plus humains » les hommes et leur histoire, mais « c’est aussi le monde qui donne à l’Eglise », de façon qu’elle puisse « se comprendre mieux elle-même » et « mieux vivre sa mission ».