Les jeunes sont une espérance pour le monde

Catéchèse du 4 septembre 2013, texte intégral

Rome, (Zenit.org) Pape François | 1321 clics

Les jeunes sont "une espérance", ils peuvent être "une force immense" pour "rendre le monde plus juste et plus beau", souligne le pape François qui les appelle à « être cette force d’amour et de miséricorde qui a le courage de vouloir transformer le monde ».

Pour sa première catéchèse après la pause estivale, ce matin, 4 septembre 2013, le pape a souhaité évoquer les Journées mondiales de la jeunesse de Rio (23-28 juillet 2013), à travers trois termes, « accueil, fête et mission », qui doivent devenir « l’âme » de la vie chrétienne.

Catéchèse du 4 septembre 2013

Chers frères et sœur, bonjour !

Nous reprenons le chemin des catéchèses après les vacances d’août, mais aujourd’hui je voudrais parler de mon voyage au Brésil, à l’occasion de la Journée mondiale de la jeunesse. Plus d’un mois s’est écoulé, mais j’estime qu’il est important de revenir sur cet évènement, et le recul du temps permet de mieux en saisir la signification.

Avant tout je veux remercier le Seigneur, car c’est Lui qui a tout conduit par sa Providence. Pour moi, qui viens d’Amérique, cela a été un beau cadeau ! Je remercie de cela Notre Dame d’Aparecida, qui a accompagné tout ce voyage : j’ai fait le pèlerinage au grand Sanctuaire national brésilien, et sa statue vénérée était toujours présente sur la scène de la JMJ. J’ai été très heureux de cela, parce que Notre Dame d’Aparecida est très importante pour l’histoire de l’Eglise au Brésil, mais aussi pour toute l’Amérique Latine; à Aparecida les évêques latino-américains et des Caraïbes ont vécu une Assemblée générale, avec le pape Benoît : une étape très significative du chemin pastoral de cette partie du monde où vit la plus grande partie de l’Eglise catholique.

Même si je l’ai déjà fait, je veux renouveler mes remerciements à toutes les Autorités civiles et ecclésiastiques, aux volontaires, à la sécurité, aux communautés paroissiales de Rio de Janeiro et d’autres villes du Brésil, où les pèlerins ont été accueillis avec grande fraternité. En effet, l’accueil des familles brésiliennes et des paroisses a été une des plus belles caractéristiques de cette JMJ. Des gens bons, ces Brésiliens. Des gens bons ! Ils ont vraiment un grand coeur. Le pèlerinage comporte toujours des désagréments, mais l’accueil aide à les dépasser, et même, les transforme en occasions de connaissance et d’amitié. Des liens naissent qui ensuite demeurent, surtout dans la prière. C’est ainsi que l’Eglise croît dans le monde, comme un réseau de vraies amitiés dans le Christ, un réseau qui te libère quand il t’inclut. Donc, accueillance : c’est la première parole qui émerge de l’expérience du voyage au Brésil. Accueil !

Une autre parole réassumée peut être « fête ». La JMJ est toujours une fête, parce que quand une ville se remplit de jeunes filles et de jeunes gens qui parcourent les rues avec des drapeaux du monde entier, en se saluant, en s’embrassant, c’est une vraie fête. C’est un signe pour tous, non seulement pour les croyants. Et puis il y a la fête plus grande qui est la fête de la foi, quand on loue ensemble le Seigneur, on chante, on écoute la Parole de Dieu, on reste en silence d’adoration: tout ceci est le sommet de la JMJ, c’est le vrai but de ce grand pèlerinage, et il se vit de façon particulière  durant la grande Veillée du samedi soir et lors de la messe finale. C’est cela la grande fête, la fête de la foi et de la fraternité, qui commence en ce monde et n’aura pas de fin. Mais cela n’est possible qu’avec le Seigneur ! Sans l’amour de Dieu il n’y a pas de vraie fête pour l’homme !

Accueil, fête. Mais on ne peut oublier un troisième élément : mission. Cette JMJ était caractérisée par un thème missionnaire : « Allez et faites des disciples de toutes les nations ». Nous avons entendu la parole de Jésus : c’est la mission qu’Il donne à tous ! C’est le mandat du Christ ressuscité à ses disciples : « Allez », sortez de vous-mêmes, de toute fermeture pour porter la lumière et l’amour de l’Evangile à tous, jusqu’aux extrêmes périphéries de l’existence ! Et c’est justement ce mandat de Jésus que j’ai confié aux jeunes qui remplissaient à perte de vue la plage de Copacabana. Un lieu symbolique, la rive de l’océan, qui faisait penser à la rive du lac de Galilée. Oui, car aujourd’hui encore le Seigneur répète : « Allez…», et ajoute : « Je suis avec vous, tous les jours…». Cela est fondamental ! C’est seulement avec le Christ que nous pouvons porter l’Evangile. Sans Lui nous ne pouvons rien faire – Il nous l’a dit Lui-même (cf. Jn 15,5). Avec Lui, en revanche, unis à Lui, nous pouvons tant faire. Même un jeune, une jeune, qui aux yeux du monde compte pour peu ou pour rien, aux yeux de Dieu est un apôtre du Royaume, est une espérance pour Dieu ! A tous les jeunes je voudrais demander avec force… mais je ne sais pas s’il y a des jeunes place Saint-Pierre aujourd’hui ? Il y en a quelques-uns ! Je voudrais demander avec force à vous tous : voulez-vous être une espérance pour Dieu ? Voulez-vous être une espérance ? (Les jeunes : « oui ! ») Voulez-vous être une espérance pour l’Eglise ? (Les jeunes : « oui ! ») Un coeur jeune, qui accueille l’amour du Christ, se transforme en espérance pour les autres, c’est une force immense ! Mais vous, jeunes gens et jeunes filles, tous les jeunes, vous devez nous transformer et vous transformer en espérance ! Ouvrir les portes vers un nouveau monde d’espérance. C’est votre devoir. Voulez-vous être espérance pour nous tous ? (Les jeunes : « oui ! ») Pensons à ce que signifie cette multitude de jeunes qui ont rencontré le Christ ressuscité à Rio de Janeiro, et portent son amour dans la vie de tous les jours, le vivent, le communiquent. Ils ne sont pas mentionnés dans les journaux, car ils n’accomplissent pas d’actes violents, ils ne font pas de scandales, et donc ne font pas la Une. Mais, s’ils restent unis à Jésus, ils bâtissent son Royaume, construisent la fraternité, le partage, des œuvres de miséricorde, ils sont une force puissante pour rendre le monde plus juste et plus beau, pour le transformer ! Je voudrais maintenant demander aux jeune gens et aux jeunes filles qui sont sur cette place : avez-vous le courage de relever ce défi ? (Les jeunes : « oui ! ») Avez-vous le courage ou non ? Je n’ai pas bien entendu… (Les jeunes : « oui ! ») D’être animés et d’être cette force d’amour et de miséricorde qui a le courage de vouloir transformer le monde ? (Les jeunes : « oui ! »)

Chers amis, l’expérience de la JMJ nous rappelle la vraie grande nouvelle de l’histoire, la Bonne Nouvelle, même si elle n’apparaît pas dans les journaux et à la télévision : nous sommes aimés par Dieu, qui est notre Père et qui a envoyé son Fils Jésus pour se faire proche de chacun de nous et nous sauver, nous pardonner, car Il pardonne toujours. Il pardonne toujours parce qu’il est bon et miséricordieux. Souvenez-vous : accueil, fête et mission. Trois mots : accueil, fête et mission. Que ces paroles ne soient pas seulement un souvenir de ce qui est arrivé à Rio, mais qu’elles soient l’âme de notre vie et de celle de nos communautés. Merci !

Salutations du pape en italien

Je souhaite cordialement la bienvenue aux pèlerins de langue italienne, aux nombreuses paroisses, aux associations et aux groupes variés... Que cette rencontre soit pour tous un stimulant pour cheminer en communion toujours plus profonde, dans un engagement missionnaire, qui pousse à sortir de ses enceintes pour rencontrer et écouter avec amour toute personne. Soyez des communautés unies dans la foi, ouvertes à la rencontre et au témoignage pour porter à tous l’annonce de joie et de paix de l’Evangile.

J’adresse une pensée affectueuse aux religieux ici présentes, ainsi qu’aux jeunes, aux malades, et aux nouveaux mariés. J’exhorte chacun à saisir toujours plus l’amour de Dieu, source et mobile de notre vraie joie. Nous devons partager cet amour qui change la vie, surtout auprès des personnes les plus faibles et les plus nécessiteuses. L’amour de Dieu change la vie ! Il nous change tous, il nous rend meilleurs, plus heureux. N’oubliez pas que chacun de nous, en diffusant la charité divine, contribue à construire un monde plus juste et solidaire.

Samedi prochain nous vivrons ensemble une journée spéciale de jeûne et de prière pour la paix en Syrie, au Moyen Orient, et dans le monde entier. Egalement pour la paix dans nos coeurs, car la paix commence dans le cœur ! Je renouvelle à toute l’Eglise l’invitation à vivre intensément cette journée, et j’exprime ma reconnaissance aux autres frères chrétiens, aux frères des autres religions, et aux hommes et femmes bonne volonté qui voudront s’unir, dans les lieux et selon les modes qui leur sont propres, à ce moment. J’exhorte en particulier les fidèles romains et les pèlerins à participer à la veillée de prière, ici, place Saint-Pierre, à 19h, pour invoquer du Seigneur le grand don de la paix. Que par toute la terre s’élève avec force le cri de la paix !

Traduction de Zenit, Anne Kurian