Les laïcs d’Asie réaffirment leur engagement sur le continent

Message final et lettre au pape à l’issue de leur congrès à Séoul

| 1287 clics

ROME, Mercredi 8 septembre 2010 (ZENIT.org) - Les participants au Congrès des laïcs catholiques d'Asie qui s'est tenu à Séoul, la capitale sud-coréenne, du 31 aout au 5 septembre ont réaffirmé l'engagement des chrétiens à œuvrer pour le développement.

Le congrès, rassemblant plus de 200 délégués venus de tout le continent, était organisé par le Conseil pontifical pour les laïcs, en collaboration avec la Commission pour le laïcat de la Conférence des évêques catholiques de Corée du Sud, et avait pour thème : « Proclamer Jésus-Christ en Asie aujourd'hui ».

« Nous entendons l'appel à être le sel et la lumière du continent asiatique », déclarent les participants dans leur message final (cf. également dépêche du 6 septembre).

« Nous sommes peu, mais néanmoins présents partout, et notre amour va à tous nos frères d'Asie, sans exception ni discriminations », soulignent-ils.

« Nous sommes fiers de la richesse de nos anciennes traditions culturelles, et motivés à partager notre foi en Jésus-Christ, accomplissement de toute aspiration humaine », ajoutent-ils, conscients de l'importance que peut avoir le rôle des chrétiens dans la société actuelle.

Dans leur message final, les laïcs d'Asie se comparent à un « petit troupeau qui ne souffre pas du complexe ou de la peur d'être une minorité », et ajoutent : « Nous ne voulons pas être enfermés dans les murs de l'Eglise, mais nous sentons appelés à être le sel et la lumière du continent asiatique ».

« Nous voulons être des personnes actives dans la vie de l'Église locale en communion avec nos évêques », soulignent-ils.

Le message, dont « Radio Vatican » rapporte les grandes lignes, explique que l'Asie vit un processus sans précédents de croissance et de transformation sociale, économique et démographique, mais qu'il reste encore des difficultés à surmonter concernant l'application de la liberté, de la justice, de la solidarité et du développement de conditions plus humaines.

Dans ce contexte, les laïcs qualifient d' « unique et essentiel » la contribution des chrétiens pour le bien du continent et s'engagent à redoubler d'efforts pour que l'expérience chrétienne fasse son chemin dans la société.

Le document précise à ce propos qu' « il ne s'agit pas de marketing stratégique ou de prosélytisme fanatique, mais tout simplement le fruit de la rencontre avec Jésus », qui fait jaillir naturellement « le désir de porter cette grâce aux autres ».

Face à la réalité de tous ces martyrs, ces victimes du fondamentalisme et de la persécution à cause de leur foi en Asie, le message invite « au courage », à « se laisser fasciner par le Christ » en écoutant sa parole, afin que chacun puisse devenir un « collaborateur indispensable dans la vie de l'Eglise », traçant « de nouveaux chemins pour annoncer l'Evangile dans la société ».

« Nous sommes porteurs du bien suprême pour le peuple de l'Asie d'aujourd'hui et de demain » ajoute le texte. « Nous sommes invités à partager avec les autres ce grand trésor qu'est Jésus-Christ ».

Lettre au pape

Les participants au Congrès des Laïcs ont également tenu à faire part de leurs efforts au pape et à lui témoigner leur affection, en lui écrivant une lettre de remerciement pour sa sollicitude envers l'Eglise en Asie.

« Sainteté, nous avons été très touchés par votre affection paternelle et votre proximité », lit-on dans la lettre.

Pour eux, affection et proximité sont une démonstration « du ministère universel et de l'attention missionnaire inlassable du Successeur de Pierre ».

« Bien que plongés dans une société vivant de profondes transformations, nous sommes conscients de notre rôle dans la construction de la communauté chrétienne, de notre vocation à la charité pour le bien de tous en Asie », poursuit le texte.

Les laïcs d'Asie demandent également au pape de rappeler dans ses prières tous les témoignages héroïques de foi qui, avec espérance et amour, proclament la Parole de Dieu sur le continent .

Atmosphère catholique

Le congrès des Laïcs s'est déroulé dans une atmosphère catholique et universelle, a souligné l'archevêque de Séoul, le cardinal Nicholas Cheong Jinsuk, durant la messe de clôture qu'il a présidée, dimanche, en la cathédrale de Myongdong.

« On peut dire que toute l'Eglise d'Asie était réunie ici, en communion effective et affective avec notre Saint-Père, à travers le Conseil pontifical pour les laïcs », a-t-il dit à l'homélie, selon un compte-rendu de l'agence AsiaNews.

Le cardinal Cheong a parlé de la vie de l'Église coréenne qui, ces 30 dernières années, a augmenté de 66%, atteignant presque les 6 millions de fidèles, soit 10% de la population.

Le cardinal a évoqué le « service de charité aux personnes dans le besoin et la nette et ferme affirmation de l'Eglise dans les secteurs de la justice, défendant les droits des travailleurs sous les régimes autoritaires ».

« L'Evangélisation de l'Asie n'est pas une « mission impossible », a-t-il estimé. « L'Eglise d'Asie a profondément besoin de nouveaux apôtres, bien instruits sur la doctrine sociale de l'Eglise, capables d'exprimer leur mission au plan du dialogue et de l'évangélisation ».

« Un nouveau millénaire, un grand printemps de l'évangélisation est né en Asie. L'heure est venue pour les nouveaux apôtres d'agir en témoins du Christ, sans peur, de faire de l'Asie un continent de l'espérance pour le monde ».

Liberté religieuse

Un des thèmes soulevés durant le congrès est celui de la liberté religieuse.

Citant un rapport de l'association Aide à l'Eglise en Détresse (AED), les participants ont relevés les limites de ce droit dans de vastes régions du continent.

De fait, dans une liste de 13 pays du monde souffrant de « graves limitations à la liberté religieuse », dix se trouvent en Asie.

Le souvenir de tant de martyrs ayant donné leur vie par amour pour le Christ et pour l'homme en Asie a également été évoqué durant le congrès, les participants soulignant l'engagement de l'Eglise coréenne dans le culte des martyrs et indiquant qu'en 100 ans 10.000 catholiques ont été assassinés pour leur foi. La dévotion pour ces martyrs est telle que le mois de septembre est totalement consacré à leur mémoire.

Les catholiques coréens ont également eu une pensée pour les missionnaires de France et d'autres pays martyrisés dans leur pays.

Les volontaires

Le congrès a été un succès, en grande partie grâce à l'engagement gratuit et inlassable de dizaines de laïcs bénévoles qui se sont occupés de son organisation avec professionnalisme et dévouement.

Beaucoup d'entre eux ont sacrifié leurs vacances qui, en Corée, durent trois ou quatre jours par an. Des membres du mouvement des Focolari et du Chemin Néocatéchuménal se sont occupés des traductions simultanées des interventions en italien, anglais et coréen.

Des jeunes paroissiens de Séoul se sont offerts à tour de rôle pour chanter durant la liturgie à la cathédrale et dans la salle réservée aux rencontres. Mères de famille et jeunes ont préparé avec dévouement tous les services d'accueil, de nettoyage et de décoration, s'attirant la reconnaissance des participants.