Les laïcs dans l’Eglise catholique en Asie

Message de Benoît XVI et réponse des congressistes

| 1641 clics

ROME, Lundi 6 septembre 2010 (ZENIT.org) - En Asie, les catholiques ont pour vocation d'être « signe et promesse de cette unité et de cette communion, avec Dieu et entre les hommes, dont toute la famille humaine doit jouir », déclare Benoît XVI dans un message aux Eglises d'Asie.

Le pape a adressé un message qui a été lu lors de l'ouverture du Congrès des laïcs catholiques d'Asie, qui vient de se dérouler à Séoul (Corée) du 31 août au 5 septembre. Il a été organisé par le Conseil pontifical pour les laïcs, en collaboration avec la Commission pour le laïcat de la Conférence des évêques catholiques de Corée du Sud, sur le thème « Proclamer Jésus Christ en Asie aujourd'hui » et a rassemblé quelque 200 délégués de tout le continent. Le message du pape est adressé au président de ce dicastère, le cardinal Stanislas Rylko.

En conclusion de leur congrès les participants ont répondu à Benoît XVI, comme le rapporte aujourd'hui « Eglises d'Asie ».

Benoît XVI souligne dans son message que les deux tiers de la population mondiale est en Asie, un continent soumis à une « croissance économique » et une « transformation sociale » qui sont « sans précédent ».

La mission des catholiques demeure de « rendre témoignage de Jésus Christ, le Sauveur universel de l'humanité ». Le pape y voit un « service suprême » et « le don le plus grand » que l'Eglise puisse offrir « au peuple asiatique ».

Dans ce contexte, plus que jamais, le rôle des laïcs suppose qu'ils soient de plus en plus « conscients », écrit Benoît XVI, à la fois de « la grâce de leur baptême » et de « la dignité qui leur est propre en tant que fils et filles de Dieu ».

Le pape recommande tout d'abord l'unité : une « union d'esprit et de cœur avec leurs pasteurs » qui ont pour devoir de les accompagner « à chaque étape de leur voyage de foi ».

Il indique deux moyens privilégiés : « une formation spirituelle et catéchétique adéquate ».

Le pape les encourage à « coopérer d'une manière active non seulement à l'édification de leurs communautés chrétiennes locales, mais aussi à la création de nouvelles formes d'annonce de l'Evangile dans tous les milieux de la société ». Il les encourage à « témoigner de la vérité de l'Evangile », et évoque un « vaste horizon de la mission » qui les attend.

Le pape encourage notamment le témoignage des familles, de « l'amour conjugal » et de la « vie en famille selon les principes chrétiens », la « défense de la vie », mais aussi la « sollicitude pour les pauvres et pour les opprimés », la « disponibilité au pardon des ennemis et des persécuteurs », et un exemple « de justice, de vérité et de solidarité », au travail et dans la la vie publique.

Le pape a rendu hommage à l'engagement des catéchises « qui transmettent les richesses de la foi catholique aux jeunes et aux anciens », à celui des mouvements apostoliques et charismatiques, des associations et mouvements ecclésiaux.

Et tout en appelant de ses voeux des « programmes spécifiques » pour la nouvelle évangélisation, le pape rappelle aussi l'importance de lier la prière aux œuvres caritatives, pour que les communautés soient « renouvelées dans le zèle pour la diffusion de l'Evangile ».

Le congrès s'est achevé, le 5 septembre, par une messe solennelle à la cathédrale, après six jours de session, rapporte aujourd'hui « Eglises d'Asie », l'agence des Misisons étrangères de Paris.

Les participants ont fait part des conclusions de leurs travaux au pape Benoît XVI et aux laïcs de l'Eglise catholique d'Asie. Ils ont tenu à remercier le pape pour son message, rendu public le 1er septembre dernier.

Les congressistes soulignent que, malgré l'ampleur de la tâche confiée au « petit troupeau » des chrétiens en Asie, la mission des laïcs est « non seulement de [participer à] la construction de communautés chrétiennes locales mais aussi de rechercher de nouveaux chemins pour annoncer l'Evangile dans tous les secteurs de la société ».

« Très Saint Père, écrivent-ils, nous vivons des temps difficiles et il semble que presque partout dans le monde l'Eglise doive faire face à de fortes tempêtes qui se déchaînent contre elle. (...) Parfois, nous avons peur de sombrer. Mais, dans ces moments, nous entendons à nouveau les mots rassurants du Seigneur : ‘Gardez courage, je suis là ; n'ayez pas peur' (Matthieu, 14,27). »

S'adressant aux laïcs d'Asie, les participants au Congrès ont également mis en lumière l'importance que pouvait avoir pour leur continent, « actuellement en train de subir une croissance et une transformation sociale sans précédents », le rôle des chrétiens dans la résolution des problèmes « concernant l'application de la liberté, de la justice, de la solidarité et du développement de conditions plus humaines ».

L'assemblée des laïcs a exprimé également sa profonde reconnaissance envers « tous ceux qui portent avec courage leur témoignage de foi dans les sociétés civiles où la liberté religieuse individuelle est interdite ou limitée et envers ceux qui souffrent du fondamentalisme religieux, ou qui, à cause de leur fois, sont maltraités et persécutés par les autorités de leurs pays ».

« Comment ne pas remarquer combien est d'actualité, aujourd'hui et sur notre continent, la maxime de Tertullien : ‘Le sang des martyrs est la semence des chrétiens !, conclut le message. (...) Gardez courage, amis ! Le Christ ressuscité a remporté pour nous la victoire finale ! Le mal n'a pas eu le dernier mot. L'amour a prouvé qu'il était plus fort que la mort, la haine et l'indifférence ! Le pouvoir de la grâce de Dieu renforce notre faiblesse ».

Ces messages ont été lus par l'organisateur de l'événement, Thomas Han Hong-Soon, membre du Conseil pontifical pour les laïcs, qui sera prochainement nommé ambassadeur de Corée du Sud près le Saint-Siège, selon l'annonce faite à l'issue de la session par le cardinal Stanislas Rylko, président du Conseil pontifical pour les laïcs.

Anita S. Bourdin avec Eglises d'Asie