Les médecins canadiens s´opposent à la légalisation partielle de la marijuana

Certains malades pourront cultiver la drogue à des fins personnelles

| 895 clics

ROME, mercredi 1er août 2001 (ZENIT.org) – Depuis le 30 juillet, un simple certificat médical suffit pour pouvoir cultiver et consommer de la marijuana, au Canada. Dans quelques mois, le gouvernement de Ottawa commencera à la distribuer directement aux malades.



Ceci est le résultat d´une nouvelle loi, la première du genre dans le monde entier, qui vient d´être adoptée par le Ministère de la Santé, et qui a provoqué un important débat national.

Jusqu´à présent, les malades qui souhaitaient fumer de la marijuana pour soulager leur douleur, étaient tenus de demander une permission spéciale au ministre de la santé, Allan Rock. Environ 300 personnes avaient reçu cette autorisation.

Tout malade dont l´espérance de vie ne dépasse pas un an, pourra maintenant obtenir de la marijuana sur présentation d´un simple certificat médical.

Ceux qui souffrent de douleurs aiguës comme dans le cas de la sclérose en plaques, du cancer, du sida, de l´épilepsie, ou de formes graves d´arthrite ou de problèmes de la moelle osseuse, pourront obtenir ce certificat médical.

Les malades pourront alors cultiver directement la marijuana ou charger une autre personne de le faire à leur place. Le gouvernement canadien a lui-même entrepris la culture de la marijuana. La première récolte aura lieu l´an prochain et sera mise à la disposition des malades.

Cette mesure a suscité des polémiques importantes car certains y voient le premier pas de la légalisation de la drogue.

"Nous continuons à nous y opposer car certaines questions fondamentales de qualité, efficacité et sécurité du patient ont été négligées", a déclaré l´Association des Médecins Canadiens (CMA) dans un communiqué de presse.

"Ces mesures placent les médecins canadiens et leurs patients dans une situation difficile car elles donnent accès à un produit qui n´a pas été soumis aux nécessaires contrôles rigoureux qui précèdent sa diffusion sur le marché", précise le communiqué.

L´Association des Médecins craint que les patients ne soumettent les médecins à de sérieuses pressions pour obtenir l´autorisation de fumer de la marijuana pour leur plaisir.

Aux Etats-Unis, la situation est différente. Le Tribunal Suprême a interdit en mai dernier la distribution de la marijuana "comme nécessité médicale" pour les patients atteints de maladies graves.

Le Département de la Justice des Etats-Unis a mis en doute l´utilité de la marijuana pour la médecine et a maintenu l´interdiction d´utilisation. Comme c´était le cas au Canada, certaines personnes reçoivent cependant du Ministère de la Santé l´autorisation de fumer de la marijuana pour des raisons médicales.


ZF01080106

ROME, mercredi 1er août 2001 (ZENIT.org) – Depuis le 30 juillet, un simple certificat médical suffit pour pouvoir cultiver et consommer de la marijuana, au Canada. Dans quelques mois, le gouvernement de Ottawa commencera à la distribuer directement aux malades.

Ceci est le résultat d´une nouvelle loi, la première du genre dans le monde entier, qui vient d´être adoptée par le Ministère de la Santé, et qui a provoqué un important débat national.

Jusqu´à présent, les malades qui souhaitaient fumer de la marijuana pour soulager leur douleur, étaient tenus de demander une permission spéciale au ministre de la santé, Allan Rock. Environ 300 personnes avaient reçu cette autorisation.

Tout malade dont l´espérance de vie ne dépasse pas un an, pourra maintenant obtenir de la marijuana sur présentation d´un simple certificat médical.

Ceux qui souffrent de douleurs aiguës comme dans le cas de la sclérose en plaques, du cancer, du sida, de l´épilepsie, ou de formes graves d´arthrite ou de problèmes de la moelle osseuse, pourront obtenir ce certificat médical.

Les malades pourront alors cultiver directement la marijuana ou charger une autre personne de le faire à leur place. Le gouvernement canadien a lui-même entrepris la culture de la marijuana. La première récolte aura lieu l´an prochain et sera mise à la disposition des malades.

Cette mesure a suscité des polémiques importantes car certains y voient le premier pas de la légalisation de la drogue.

"Nous continuons à nous y opposer car certaines questions fondamentales de qualité, efficacité et sécurité du patient ont été négligées", a déclaré l´Association des Médecins Canadiens (CMA) dans un communiqué de presse.

"Ces mesures placent les médecins canadiens et leurs patients dans une situation difficile car elles donnent accès à un produit qui n´a pas été soumis aux nécessaires contrôles rigoureux qui précèdent sa diffusion sur le marché", précise le communiqué.

L´Association des Médecins craint que les patients ne soumettent les médecins à de sérieuses pressions pour obtenir l´autorisation de fumer de la marijuana pour leur plaisir.

Aux Etats-Unis, la situation est différente. Le Tribunal Suprême a interdit en mai dernier la distribution de la marijuana "comme nécessité médicale" pour les patients atteints de maladies graves.

Le Département de la Justice des Etats-Unis a mis en doute l´utilité de la marijuana pour la médecine et a maintenu l´interdiction d´utilisation. Comme c´était le cas au Canada, certaines personnes reçoivent cependant du Ministère de la Santé l´autorisation de fumer de la marijuana pour des raisons médicales.