Les médias du Vatican réagissent à la mort de Steve Jobs, fondateur d’Apple

« Un talent, un pur talent »

| 1550 clics

ROME, Vendredi 7 octobre 2011 (ZENIT.org) – « Un talent, un pur talent », c’est la réaction de L’Osservatore Romano à la mort de Steve Jobs, fondateur d’Apple et inventeur du Macintosh, de l’iPad, de l’iPhone. Atteint depuis près de 7 ans d’une forme rare de cancer du pancréas, il est mort dans la nuit du 5 au 6 octobre à l’âge de 56 ans.

« Steve Jobs a été un des protagonistes et des symboles de la Silicon Valley. Révolution informatique, certes, mais aussi révolution des coutumes, des mentalités, des cultures », observe L’Osservatore Romano.

« Trop jeune pour 68 et trop vieux pour Facebook, Jobs a été un visionnaire, un visionnaire qui a uni technologie et art ». « Il n’était ni technicien, ni entrepreneur. Ni designer ni mathématicien. Pirate ou pionnier ? L’histoire le dira. Pour le moment, ses créations géniales demeurent ».

Le quotidien cite enfin la réaction du président américain Barack Obama : « Steve était l’un des plus grands inventeurs américains, assez courageux pour penser différemment, assez audacieux pour croire qu’il pouvait changer le monde, et assez talentueux pour le faire ».

Sur Radio Vatican, le P. Antonio Spadaro, directeur de la Civiltà Cattolica et expert des nouvelles technologies de la communication, a estimé que la plus grande contribution apportée par Steve Jobs, est celle d’avoir pensé la technologie comme partie intégrante de la vie.

Pour lui, « la technologie n’est pas quelque chose de réservé aux techniciens : sa passion pour l’interface graphique, pour le design signifie que les instruments, les choses, les objets ont vocation à s’intégrer à notre vie de tous les jours. C’est une des plus grandes contributions de Steve Jobs à la compréhension de la technologie dans le monde moderne », a-t-il estimé.

En rappelant la signature des Accords du Latran en 1929 et la découverte par Pie XII de l’importance à donner à la communication (Radio Vatican, station de chemin de fer) pour le développement de l’Etat de la Cité du Vatican, le père jésuite a osé un rapprochement entre Pie XII et Steve Jobs.

« Steve Jobs avait quelque chose en commun avec Pie XII, il a compris que la communication est la plus grande valeur que nous ayons aujourd’hui à disposition et que nous devons exploiter », a-t-il expliqué. « En lui, je dirais que s’est unie une capacité d’innovation et une grande capacité créative ».

Marine Soreau