Les mercédaires contre tous les esclavages

Entretien avec le conseiller général de l’Ordre

| 1965 clics


ROME, Lundi 3 mai 2010 (ZENIT.org) - L'Ordre des pères mercédaires, fondé le 10 août 1218, s'apprête à célébrer ses 800 ans de service à l'Eglise et à l'humanité.  

Le  nom officiel de l'Ordre, fondé par saint Pierre Nolasque, est l'Ordre de la Bienheureuse Vierge Marie de la Merci pour la Rédemption des captifs.  

Le 1er mai, quarante pères provenant d'Afrique, d'Amérique, d'Asie et d'Europe se sont réunis à Rome (à l'institut Maria Bambina) pour l'ouverture de leur chapitre général, dans une ambiance de foi et de prière, pour une mise à jour du charisme de l'Ordre. Le chapitre s'achèvera le 22 mai après l'élection d'un nouveau gouvernement général.

Les travaux se sont ouverts en présence du cardinal Tarcisio Bertone, secrétaire d'Etat du Saint-Siège, et se concluront en présence du cardinal Franc Rodé, préfet de la Congrégation pour les instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostoliques (CIVCSVA).  

Par ailleurs, le 5 mai, les pères mercédaires s'uniront aux laïcs qui partagent leur spiritualité et participeront à l'audience générale de Benoît XVI.  

Le 6 mai, Fête de saint Pierre Nolasque, est prévue, le matin, une table ronde sur les aspects historiques, mariologiques, missionnaires et actuels de l'Ordre. A 17h00, le cardinal Angelo Comastri présidera une messe d'action de grâce en la basilique Saint-Pierre, animée par les chanteurs de la chorale du sanctuaire de la Vierge de Bonaria (Cagliari-Sardaigne).

A l'occasion du chapitre général, ZENIT s'est entretenu avec le père Damase Masabo, conseiller général de l'Ordre des pères mercédaires. 

ZENIT : Quelles sont les initiatives et les attentes pour ce nouveau chapitre général ? 

P. Masabo : Tout d'abord, je dois dire que nos constitutions définissent le chapitre général de l'ordre comme « une réunion représentant toute la fraternité mercédaire, pour prendre conscience de son état et traiter les questions relevant du bien commun. En scrutant les signes des temps, celle-ci renouvelle sa fidélité à son esprit et à sa mission, organise la participation de ses membres et met à jour ses lois et son administration en harmonie avec la pensée de l'Eglise.

En suivant donc ces normes constitutionnelles, les pères se rassembleront dans un esprit de prière et se mettront à l'écoute de l'Esprit pour mettre à jour les constitutions, afin qu'elles puissent entretenir allumé le flambeau de la rédemption en suivant les traces de notre fondateur, saint Pierre Nolasque, dans le monde d'aujourd'hui. Les pères établiront un plan d'action pour les six prochaines années, préparant le grand jubilé des 800 ans (1218-2018) de leur service à l'Eglise et à l'humanité. Ils éliront aussi un nouveau gouvernement général. 

ZENIT : Après presque 800 ans de vie, quel est le charisme et l'actualité de l'Ordre? 

P. Masabo : Il y aurait beaucoup à dire, car huit siècles de vie constituent déjà une longue histoire. Disons que le charisme de l'ordre repose sur la rédemption des personnes opprimées, persécutées, en danger de perdre leur foi.  

Ce charisme doit être resituer dans un contexte actuel. Aujourd'hui, les mercédaires essaient d'apporter leur concours aux personnes opprimées, à qui on nie la liberté et la dignité de la personne humaine. Ainsi, sans énoncer toutes les activités charismatiques, certaines provinces se consacrent à la pastorale pénitentiaire, d'autres travaillent dans le domaine de la pastorale des migrations (la problématique des déracinés, des réfugiés, d'autres avec les enfants des rues, les enfants anciennement soldats etc.). Toute la pastorale mercédaire est imprégnée de cette spiritualité de la rédemption ; ce charisme oriente nos paroisses, nos collèges, etc. 

Actuellement, l'ordre compte environ 800 religieux. Il est constitué de 9 provinces. Nous sommes en Afrique, en Amérique en Asie et en Europe. Dans l'ensemble nous avons assez de vocations ; un peu moins en Europe mais nous avançons. 

ZENIT : Comment les missions sont-elles structurées aujourd'hui? 

P. Masabo : Depuis le XVème siècle, l'Ordre participe à la mission évangélisatrice de l'Eglise. Six des neuf provinces de l'Ordre sont latino-américaines : Pérou, Chili, Argentine, Quito-Equateur, Mexique et Brésil. Les trois autres sont européennes, deux espagnoles et une autre italienne.

Pour la plupart, quand on parle de missions, on se réfère aux vicariats et aux délégations qui dépendent encore des provinces. Ainsi, le Venezuela, l'Amérique centrale, constituent deux vicariats qui dépendent, avec la délégation du Mozambique, d'Aragón (Espagne). Les vicariats du Caribe (Puerto Rico, Saint Domingue) et la délégation centrafricaine (Cameroun) dépendent de la province de Castille (Espagne). Le vicariat des Etats-Unis et la délégation de l'Inde dépendent de la province romaine (Italie). La délégation d'Angola dépend de la province du Chili.  

Propos recueillis par Maurizio Tripi