Les migrants en Europe : un atout pour le présent et pour l’avenir

Message final du 8e Congrès européen de la CCEE

| 2114 clics

ROME, Mardi 4 mai 2010 (ZENIT.org) - Les participants au 8e congrès européen du Conseil des Conférences Episcopales d'Europe (CCEE) sur les migrations ont salué la « contribution positive » des migrants aux sociétés qui savent les accueillir.

La rencontre s'est tenue en Espagne, à Malaga (27 avril-1er mai 2010) sur le thème : « Dépasse les peurs. Tracer des perspectives » en présence d'une centaine de délégués des Conférences épiscopales d'Europe, évêques, directeurs nationaux pour la pastorale des migrants, agents pastoraux, représentants de la société civile et du monde politique.

Dans le message final diffusé à l'issue de la rencontre, le 30 avril, les participants, originaires d'une vingtaine de pays d'Europe, ont voulu témoigner « qu'il est possible d'envisager la présence des migrants en Europe comme un atout pour le présent et pour l'avenir ». « Nous constatons qu'en beaucoup de pays, les migrants apportent une contribution positive - et pas seulement économique ! - aux sociétés qui savent les accueillir et créer les conditions d'un véritable ‘vivre ensemble' ».

En cette période de crise économique, ils ont regretté les « attitudes de fermeture et de xénophobie » à l'égard des migrants et la mise en place de « politiques restrictives ».

Pour les participants, le « pluralisme culturel est aujourd'hui une réalité incontournable de nos sociétés ». « Nous croyons que la pluralité culturelle ne conduise pas au relativisme négateur de notre identité ou à l'assimilation qui génère des rapports de force et des réactions violentes entre les groupes humains », affirment-ils en invitant à la « rencontre » et au « dialogue interculturel ».

Dans ce message, ils rappellent également le rôle de l'Eglise catholique pour « servir l'unité de la famille humaine, en Europe et au-delà », tout en reconnaissant la mobilisation de « beaucoup d'hommes et de femmes de bonne volonté ».

Trois lieux « où peut se forger la fraternité » ont été reconnus : la famille, les communautés ecclésiales et la société.

« Cellule de base de la société », la famille joue un « rôle essentiel dans l'insertion parce qu'elle assure un climat de sécurité et une stabilité affective à ses membres ».

Le communiqué évoque rôle des communautés ecclésiales, « invitées à renforcer l'accueil des frères et sœurs venus d'autres horizons culturels et religieux ».

Le message évoque enfin la nécessité pour les sociétés et les nations de « s'engager dans l'élaboration d'un cadre juste pour que la dignité humaine soit respectée ». Il invite la communauté internationale « à réduire les causes d'une migration forcée » pour « faire de la migration un choix » et à « souligner les aspects positifs de cette mobilité humaine ».

S'adressant enfin aux migrants, les participants les invitent à ne pas se décourager. « Refusant tout discours d'exclusion, nous voulons vous dire que nous voulons construire ensemble l'avenir de l'Europe. Ne vous découragez pas. Nous partageons votre espérance en l'avenir ».