Les monastères sont comme des poumons verts pour la société, affirme Benoît XVI

Il rappelle la Journée consacrée aux communautés religieuses de clôture

| 2165 clics

ROME, Dimanche 19 novembre 2006 (ZENIT.org) – Les monastères de clôture, « en apparence inutiles », sont en revanche « indispensables », ils sont comme les « poumons verts » de la société, des « oasis » où l’homme en pèlerinage sur la terre vient « se désaltérer ».



Ce dimanche, avant la prière de l’Angélus, en présence de plusieurs milliers de pèlerins rassemblés place Saint-Pierre sous un soleil splendide, le pape a rappelé que mardi prochain, l’Eglise célèbre la Journée « pro Orantibus » (pour ceux qui prient), consacrée aux communautés religieuses de vie contemplative.

« Certaines personnes se demandent quels peuvent être le sens et la valeur de leur présence à notre époque, où les situations de pauvreté et de besoin auxquelles il faut faire face sont nombreuses et urgentes », a déclaré Benoît XVI.

« Pourquoi ‘s’enfermer’ pour toujours entre les murs d’un monastère et priver ainsi les autres de la contribution de ses capacités et de ses expériences ? Quelle efficacité peut avoir leur prière pour résoudre les nombreux problèmes concrets qui continuent d’affliger l’humanité ? », s’est-il interrogé.

« Ces frères et sœurs témoignent en silence qu’au cœur des activités souvent frénétiques de chaque jour, le seul soutien qui ne vacille jamais est Dieu, rocher inébranlable de fidélité et d’amour », a-t-il répondu.

« Et face à la nécessité répandue que de nombreuses personnes ressentent, de sortir de la routine quotidienne des grandes agglomérations urbaines à la recherche d’espaces propices au silence et à la méditation, les monastères de vie contemplative se présentent comme des ‘oasis’ dans lesquelles l’homme, en pèlerinage sur la terre, peut mieux puiser aux sources de l’Esprit et se désaltérer en chemin », a poursuivi Benoît XVI.

« Ces lieux, par conséquent, apparemment inutiles, sont en revanche indispensables, comme les ‘poumons’ verts d’une ville : ils font du bien à tous, y compris à ceux qui ne les fréquentent pas et en ignorent peut-être l’existence », a affirmé le pape.

Après avoir rendu grâce à Dieu « qui dans sa providence a voulu les communautés de clôture, masculines et féminines », le pape a encouragé les fidèles à soutenir les contemplatifs, sur le plan spirituel comme matériel « afin qu’ils puissent accomplir leur mission, celle de maintenir vivante dans l’Eglise l’attente ardente du retour du Christ ».