Les Musées du Vatican fêtent leur Ve centenaire

Programme

| 702 clics

ROME, Mardi 14 février 2006 (ZENIT.org) – Les Musées du Vatican fêtent leur Ve centenaire en ouvrant de nouvelles beautés aux quelque trois millions et demi de visiteurs qui en franchissent chaque année le seuil.



Le cardinal Edmund Casimir Szoka, président du gouvernorat de l’Etat de la Cité du Vatican, a en effet présenté le programme de ce Ve centenaire, avec M. Francesco Buranelli, directeur des musées.

Pour le cardinal Szoka, « il ne s\'agit pas d\'un anniversaire formel, mais de célébrer l\'extraordinaire découverte, en 1506, du groupe sculpté du « Laocoon ». »

« Les manifestations prévues entendent donc, expliquait-il, évoquer à partir de cet événement, une histoire séculaire d\'art et de culture, sans cesse enrichie par les papes qui ont rassemblé avec goût les œuvres du passé, afin de les préserver de l\'oubli et de la destruction, pour les générations futures ».

Il faisait par ailleurs observer que le patrimoine séculaire des musées du Vatican n’est pas purement « matériel » : « L\'institution est consciente de son devoir de conserver et de transmettre au mieux ces manifestations du génie, de la vie, de la pensée et de la spiritualité du passé, sans se dérober aux enjeux contemporains et avec autant de conviction qu\'hier ».

M. Francesco Buranelli a présenté les manifestations qui vont scander l’année du Ve centenaire.

Le 17 février, le cardinal Szoka présidera une messe d\'action de grâce en la chapelle Sixtine, pour l\'ensemble du personnel des musées.

Au cours des six premiers mois de l’année, les musées rénovés seront ouverts au public : ils témoignent de « la politique d\'évangélisation des papes » par le moyen de l\'art.

Ainsi, le « Musée chrétien », fondé par Benoît XIV dans les années 1756-1757, a été destiné à rassembler les œuvres d\'art acquises durant la première partie du XVIIIe s., pour manifester « la grandeur de Rome » et affirmer « la vérité de la religion chrétienne ».

Le 16 mars, les plus belles pièces tirées des Catacombes seront exposées dans des vitrines ornées des bustes des 24 cardinaux qui ont été bibliothécaires.

Le « Musée missionnaires ethnologique », fondé en 1926 par Pie XI, a été transféré du Latran au Vatican en 1963 et rouvert en 1973.

Il explique les cultures et les rites des pays de mission et leurs contacts avec le christianisme. La section « Chine-Japon-Corée-Tibet-Mongolie » doit, elle aussi, être rouverte.

Dans la « Salle des Mystères » de l\'Appartement Borgia, les fresques du Pinturicchio de la seront à nouveau visible à partir du 27 avril : elle ont fait l’objet d’une délicate restauration.

Les lunettes représentant les scènes de la vie de Jésus et de Marie ont été nettoyées, ce qui a mis au jour des décors cachés depuis une trentaine d\'années par des tentures murales.

Le nouveau secteur de la nécropole romaine découvert il y a trois ans le long de la Voie Triomphale, à l\'occasion de la construction d’un nouveau parking sera présenté à l’automne. La nécropole rassemble une trentaine d\'édifices funéraires, des sépultures individuelles allant du Ier siècle av. J.-C. au IIIe s. ap. J.-C..

L\'exposition consacrée au « Groupe du Laocoon dans la genèse des Musées du Vatican » conclura, en novembre cetet série de manifestations.

Elle s’accompagnera d’un congrès international sur « L\'identité, la science et la mission du musée dans notre société ».

La page Internet des musées permet une visite virtuelle des salles et des œuvres en italien et en anglais, et propose trois sélection des principales œuvres présentes dans leur enceinte.

Dans sa présentation des Musées, le directeur souligne que « le langage universel de l’art, capable de parler à des personnes de cultures, de langues et de religions différentes, constitue un des principaux moyens d’enrichissement intérieur et de communication réciproque ».

Il cite les paroles de Jean-Paul II, le 7 février 2000, lors de l’inauguration de la nouvelle entrée des Musées, ouverte pour le Grand Jubilé. Le pape voyait dans ces musées, « l’une des portes du Saint-Siège ouverte sur le monde les plus significatives ». Il exprimait la « volonté de l’Eglise de dialoguer avec l’ »humanité sous le signe de l’art et de la culture, en mettant à la disposition de tous le patrimoine qui lui a été confié par l’histoire ».