Les personnes âgées participent à la mission de l'Église

Congrès du dicastère pour la pastorale de la santé

Rome, (Zenit.org) Anne Kurian | 513 clics

« Les personnes âgées participent à la mission de l’Église », déclare le pape François.

Le pape a rencontré les participants à la XXVIIIe conférence internationale organisée par le Conseil pontifical pour la pastorale de la santé, le 23 novembre 2013, au Vatican.

La conférence était organisée sur le thème « L’Église au service de la personne âgée et malade: les soins donnés aux personnes affectées de pathologies neurodégénératives », du 21 au 23 novembre (cf. Zenit du 22 novembre 2013).

« Je voudrais redire que les personnes âgées ont toujours été des acteurs de l’Église, et le sont encore », a déclaré le pape François, invitant les baptisés à donner l'exemple à la société en montrant que « malgré leurs inévitables infirmités, parfois même graves, les personnes âgées ont toujours été importantes,… indispensables ».

En effet, les personnes âgées « portent avec elles la mémoire et la sagesse de la vie, pour la transmettre aux autres, et elles participent à juste titre à la mission de l’Église ».

Ainsi, elles sont « annonciatrices » de l’Evangile par leur baptême, a ajouté le pape François en s’adressant à elles : « Chaque jour, vous pouvez vivre en tant que témoins du Seigneur, dans vos familles, en paroisse et dans les autres environnements que vous fréquentez, faisant connaître le Christ et son évangile, spécialement aux plus jeunes ».

« La vie humaine conserve toujours sa valeur aux yeux de Dieu, au-delà de toutes les visions discriminatoires », a aussi rappelé le pape qui a fait observer que même lorsque « les capacités cognitives sont réduites ou perdues », « l’esprit et le cœur n'interrompent pas le dialogue et la relation avec Dieu ».

Il s'agit donc de « mettre en oeuvre une approche pastorale particulière pour accompagner la vie religieuse » à ce moment de la vie.

Le pape a également recommandé que l’assistance aux personnes âgées ait lieu « dans un contexte de confiance et de relation réciproque respectueuse » car « dans le cas contraire, elle devient une tutelle physique, simple et froide ».