Les préoccupations de Jean-Paul II pour le monde, la Terre Sainte et l’Italie

| 618 clics

CITE DU VATICAN, Jeudi 20 mai 2004 (ZENIT.org) – Jean-Paul II a confié ses préoccupations pour le monde, la Terre Sainte et l’Italie en évoquant les thèmes d’actualité lors de l’audience accordée ce matin aux évêques italiens, en la salle Paul VI du Vatican, à l’occasion de leur assemblée générale.



Le terrorisme et les guerres
Le pape leur a confié combine "pèse" sur son cœur "le terrorisme, les actes de guerre, la violation des droits humains, qui rendent si difficile et dangereuse la situation internationale".

Jean-Paul II priait "pour ceux qui sont retenus en otage en Irak (dont trois Italiens, ndlr), pour ceux qui risquent leur vie et ceux qui la perdent dans l’accomplissement de leur devoir".

Solidarité avec les chrétiens de Terre Sainte
Jean-Paul II a encouragé l’initiative des évêques italiens qui se sont faits les "promoteurs des pèlerinages de paix en Terre Sainte". Le pape y voit un "signe fort de proximité et de solidarité avec les communautés chrétiennes qui y vivent" et qui "ont un grand besoin de notre aide".

L’Europe
Le pape a également assuré les évêques de sa prière quotidienne pour toute la communauté nationale "afin que le Peuple italien puisse toujours maintenir vivant son grand héritage de foi et de culture et le mettre au service de l’Europe unie qui est en train de se construire".

L’emploi, surtout dans le sud
Pour ce qui est de la situation politique italienne, le pape insistait sur la promotion du "bien commun" et la création d’emplois, en ces termes: "Il convient que sur les motifs d’affrontement, et d’opposition, prévale la sincère recherche du bien chemin afin que le chemin de l’Italie s’accélère et que commence une nouvelle phase de développement, avec la création d’emplois plus nombreux, si nécessaires, spécialement dans certaines régions méridionales".

Soutenir les familles
Il insistait également sur la situation des familles. "La famille fondée sur le mariage, reste un thème décisif sur lequel les efforts doivent se multiplier, ajoutait Jean-Paul II, ainsi que celui de la protection et de l’accueil de la vie, et celui de la responsabilité première des parents dans l’éducation".

Le pape souhaite dans ce domaine un effort conjoint des politiques sociales et de la pastorale de l’Eglise. "Sans enfants, il n’y a pas d’avenir", avertit le pape, alors que l’Italie continue d’avoir le taux de fécondité le plus bas d’Europe. "Que les jeunes couples, insiste Jean-Paul II, re-découvrent la joie d’engendrer des enfants, de les éduquer, en participant de façon singulière à l’œuvre du Créateur".

Pour le renouveau de la paroisse
Du point de vue ecclésial, le pape appelait à un "renouveau nécessaire" de la paroisse, "dans la perspective de la nouvelle évangélisation de cette réalité profonde de l’Eglise".

"Spécialement en Italie, disait Jean-Paul II, la paroisse assure la constante et attentive proximité de l’Eglise à toute la population dont elle prend en charge les besoins spirituels, sans manquer de s’intéresser aussi, souvent, à tant d’autres besoins".

Une vocation, bénédiction pour une famille
A propos des vocations sacerdotales et à la vie consacrée, le pape lançait aussi un encouragement aux jeunes afin qu’ils prennent en considération, de façon attentive et sereine, et éventuellement accueillent, non pas avec crainte mais avec joie, l’appel que le Seigneur leur adresse". Il s’agit, soulignait Jean-Paul II, d’un "don extraordinaire qui ouvre des horizons de vie nouveaux".

Le pape a lancé ce même appel à la confiance aux familles des personnes appelées, et aujourd’hui si préoccupées pour l’avenir de leurs enfants". Il leur a dit: "Ne vous arrêtez pas à des considérations à court terme. Sachez que le Seigneur ne se laisse pas vaincre en générosité et que chacun de ses appels est une grande bénédiction aussi pour la famille de celui qui est appelé".

Pour ce qui est des media, le pape a fait remarquer: "Nous connaissons bien leur influence pénétrante … sur les modes de pensée, sur les comportements, personnels et collectifs, orientant vers un vision de la vie qui, hélas, tend souvent à corroder les valeurs éthiques fondamentales, en particulier celles de la famille".
C’est pourquoi le pape encourageait l’engagement des évêques italiens dans le domaine des moyens de communication "en contribuant de façon notable à l’affirmation de modèles de vie positifs et à la diffusion de l’Evangile".

Le pape a dit soutenir la promotion du "quotidien catholique" (L’Avvenire), des hebdomadaires diocésains, et l’engagement plus récent de l’Eglise dans le domaine de la radio et de la télévision.

"Je souhaite vivement, ajoutait Jean-Paul II, que tous les catholiques italiens comprennent et partagent l’importance de cet engagement en contribuant ainsi à rendre plus positif et plus serein le climat culturel dans lequel nous vivons".