Les questions éthiques, pour progresser dans l'unité des chrétiens

Le pape reçoit une délégation de Finlande

| 1423 clics

ROME, vendredi 20 janvier 2012 (ZENIT.org) –  « Que notre profonde amitié et notre témoignage commun des enseignements du Christ  puissent accélérer les progrès en vue d’une résolution des différences qui restent », notamment dans le domaine éthique, a souhaité Benoît XVI  en recevant, jeudi, 19 janvier, au Vatican, une délégation de Finlande.

Comme chaque année pour la fête de saint Henri, une délégation œcuménique finlandaise a été reçue par le pape, avec Mgr Teemu Sippo, évêque catholique d'Helsinki, et le Rév.Seppo Hakkinen, évêque luthérien de Mikkeli.

L’occasion pour Benoît XVI de réaffirmer sa volonté de communion entre les différentes traditions chrétiennes alors que la semaine de prière pour l’unité des Chrétiens vient de s’ouvrir, mercredi dernier, 18 janvier.

Dans un monde qui manque souvent de lignes directrices mais attend un message de salut, a dit le pape en substance, cette «  amitié profonde » et ce « témoignage commun » constituent des éléments d’autant plus « précieux » qu’ils peuvent « aider la société et les hommes politiques à prendre des décisions juste et sage ».

Faisant notamment référence aux questions éthiques qui constituent « un des points de différences entre les chrétiens », Benoît XVI a insisté sur  « l’importance » qu’il y ait  «convergence de vue »  sur des questions renvoyant à « une compréhension appropriée de la nature humaine et de sa dignité ».

Il faut que les chrétiens arrivent à se mettre d’accord au niveau « anthropologique », a-t-il dit, sur  « tout ce qui touche la vie, la famille, la sexualité ». Le but étant de « répandre une pratique publique des vertus chrétiennes ».

 A ce propos, Benoît XVI a rappelé à son auditoire le récent document finno-suédois de dialogue entre catholiques et luthériens sur l'approche de la doctrine de la justification, qui appelle les chrétiens à « relancer leur engagement à imiter le Christ dans leur vie privée et leurs actions ».

« C’est quelque chose qui semble au-delà des possibilités des croyants », a-t-il reconnu, mais « nous pouvons avoir confiance en la puissance de l’Esprit Saint »

Pour le pape, la visite au Vatican de la délégation œcuménique finlandaise témoigne d’une « communion croissante »  entre les traditions chrétiennes en Finlande ». Il espère que cette croissance ne cessera d’augmenter, et qu’elle produira du fruit entre catholiques, luthériens et toutes les autres confessions chrétiennes ».

Rechercher l’unité entre tous les chrétiens exige « patience et grande confiance »,  a-t-il poursuivi, et non « une attitude passive ». 

Pour cela, a recommandé Benoît XVI, il nous faut croire profondément que « l’unité de tous les chrétiens en une seule Eglise est vraiment un don de Dieu  et non un succès qui nous revient ».

« Prier et attendre avec patience et espérance », voilà ce qui « nous prépare à une unité visible, non pas selon nos propres plans mais selon la grâce de Dieu », a-t-il conclu.

Isabelle Cousturié