Les relations entre chrétiens et musulmans dans le contexte actuel

Session extraordinaire du Comité de liaison islamo-catholique

| 1103 clics

Anita Bourdin

ROME, mercredi 11 juillet 2012 (ZENIT.org) – Le Comité de liaison islamo-catholique s’est réuni ce mardi 10 juillet à Rome en session extraordinaire sous la présidence du cardinal Jean-Louis Tauran, président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux et du professeur Hamid bin Ahmad Al-Rifaie, président du Forum islamique pour le dialogue, de Jeddah, en Arabie Saoudite.

Selon un communiqué conjoint, les discussions ont porté sur « les relations entre chrétiens et musulmans dans le contexte mondial actuel ».

Les partenaires ont convenu, « en vue de poursuivre un dialogue engagé en 1995 », que huit membres de leurs organismes se retrouveraient  pendant deux jours à Rome, la première semaine du mois de juillet 2013, sur le thème : « Les croyants face au matérialisme et à la sécularisation ».

En 2011, ce comité s’était réuni du 11 au 13 juin et avait publié, au terme de cette 14e session, une déclaration sur la dignité humaine : un accord sur cinq points.

« Avec l'aide de Dieu, le Comité de liaison islamo-catholique a tenu sa 14e rencontre au Vatican, ce qui correspond au 7-9 Jumada le 2, 1429 H », indique ce communiqué.

Le thème de la rencontre était : « Chrétiens et musulmans en tant que témoins du Dieu de justice, de paix et de compassion, dans un monde souffrant la violence ».

« Le thème a été traité d'un point de vue religieux, selon l'enseignement de nos deux traditions religieuses », indiquait le communiqué, en anglais et en arabe, qui citait les cinq points qui ont rencontré un accord.

Le premier point concernait la dignité humaine : « De la dignité inhérente à tout être humain jaillissent des droits et des devoirs ».

Le deuxième point concernait la justice et la paix : « La justice est une priorité dans notre monde. Elle requiert, au-delà de la mise en œuvre des mesures légales existantes, le respect des besoins fondamentaux des individus et des peuples, par une attitude d'amour, de fraternité, et de solidarité. Sans justice, il ne peut y avoir de paix durable ».

A propos de la paix, le troisième point affirmait : « La paix est un don de Dieu et elle requiert aussi l'engagement de tous les êtres humains, et en particulier les croyants, qui sont appelés à être des témoins vigilants de la paix dans un monde frappé par la violence sous de nombreuses formes ».

Pour ce qui est de la compassion, le quatrième point déclarait : « Chrétiens et musulmans croient que Dieu est plein de compassion, et par conséquent, ils considèrent de leur devoir de manifester de la compassion envers toute personne humaine, spécialement les nécessiteux et les faibles ».

Enfin, le cinquième et dernier point de ce communiqué touchait la « fraternité » dans la « famille humaine » : « Les religions, si on les pratique authentiquement, contribuent effectivement à la promotion de la fraternité et de l'harmonie de la famille humaine ».

Les membres du comité avaient été reçus par Benoît XVI, « qui les a encouragés à continuer leur engagement à promouvoir la justice et la paix ».