Les relations homme-femme (I)

Entretien avec Mary Healy, auteur de « Les hommes et les femmes viennent d’Eden »

| 2153 clics

ROME, Mardi 13 février 2007 (ZENIT.org) – Les relations homme-femme sont souvent complexes. Dans cet entretien à ZENIT, Mary Healy explique quelle est la clé de bonnes relations. Nous publions ci-dessous la première partie de cet entretien.



Mary Healy est l’auteur de « Les hommes et les femmes viennent d’Eden » publié aux Editions des Béatitudes, un guide à la théologie du corps de Jean-Paul II.

Zenit : Il existe de très nombreux de livres, dans la presse laïque, sur les relations et les différences entre hommes et femmes. Où se situe cet ouvrage sur la théologie du corps ?

M. Healy : Le thème des différences entre les sexes ne passe jamais car dans toutes les générations les hommes et les femmes se retrouvent face au défi des relations réciproques. Il existe, il est vrai, une avalanche d’ouvrages offrant des conseils sur les relations. Certains sont utiles, d’autres moins, et d’autres encore pas du tout !

Mais aucun conseil ne pénètre au cœur du problème s’il ne remonte pas aux origines, au plan originel de Dieu pour l’homme et la femme tel qu’il fut révélé dans le jardin d’Eden avant la Chute.
Et bien sûr le seul accès complet que nous avons au plan originel se trouve dans les Ecritures, dans l’interprétation de l’Eglise faisant autorité.

Le pape Jean-Paul le Grand a fait un don important à l’Eglise en présentant l’enseignement de la Bible sur l’homme, la femme, le sexe et le mariage de manière nouvelle et convaincante, dans ses catéchèses sur la théologie du corps.

L’objectif de mon livre est d’essayer de rendre la théologie du corps accessible aux personnes ordinaires et de leur donner un outil pour l’étudier plus en profondeur.

Lorsque les personnes découvrent la théologie du corps, elles constatent en général que celle-ci les fait vibrer au plus profond de leur être et commence à transformer toute leur approche des relations, de l’intérieur.

Zenit : Le titre de votre ouvrage fait penser au célèbre livre américain « Les hommes viennent de Mars, les femmes viennent de Vénus ». Votre livre est-il une version catholique de cet ouvrage ?

M. Healy : Oui, il s’agit effectivement d’une allusion à ce livre. Le titre est inspiré de la pensée de Jean-Paul II – basée sur les paroles de Jésus lui-même dans Matthieu 19, 4 – à savoir que la clé pour comprendre qui nous sommes en tant qu’hommes et femmes se trouve dans le livre de la Genèse, dans l’histoire d’Adam et Eve dans le jardin d’Eden.

Comme le fait remarquer Jean-Paul II, les récits de la création dans la Genèse sont des récits « mythiques », non pas dans le sens de fictifs, mais dans le sens où ils rapportent les événements survenus à l’aube de l’histoire en utilisant un langage symbolique afin de transmettre des vérités profondes sur Dieu et la condition humaine.

Ce n’est qu’en comprenant ces vérités que nous seront capables d’apprécier pleinement notre identité en tant qu’hommes et femmes et étancher notre soif d’amour authentique.

Zenit : Les théories populaires sur les relations homme-femme sont-elles exactes selon vous ? Manque-t-il quelque chose ?

M. Healy : Le maximum que puisse proposer une approche laïque, est une explication des raisons biologiques, psychologiques et sociales pour lesquelles l’homme et la femme ont des difficultés à communiquer, puis des conseils pratiques pour faire face à ces différences. Mais comme le montre Jean-Paul II, ces différences ne sont pas purement accidentelles ; elles font partie du merveilleux dessein de Dieu pour l’humanité. Elles détiennent même la clé de la signification de notre existence.

Notre complémentarité sexuelle révèle ce qu’il appelle « la signification sponsale du corps », c’est-à-dire la capacité du corps, dans sa masculinité ou sa féminité à être un véhicule et une expression de l’amour comme don de soi. Adam et Eve ont découvert cela lorsqu’ils se sont rencontrés et, selon les paroles de la Genèse, ils sont devenus « une seule chair ».

Dieu a donc imprimé dans nos corps mêmes l’appel à une communion des personnes, un échange d’amour dans lequel chaque personne devient un don pour l’autre.

Mais à cause de la Chute – la décision de nos premiers parents de désobéir à Dieu – la complémentarité que Dieu avait conçue pour l’union source de vie, devint au contraire une source de conflit. Depuis lors, les relations entre hommes et femmes sont souvent caractérisées par la luxure, l’égoïsme, la manipulation et les abus.

Vous voyez donc pourquoi les conseils sur les relations restent à un niveau très superficiel s’ils ne vont pas à la racine du problème qui est le péché et la clé à la solution qui est notre réintégration au dessein magnifique de Dieu à travers la grâce du Christ. Après avoir trouvé cette clé, les personnes commencent à avoir une approche beaucoup plus profonde de la dynamique des relations.

Zenit : Jean-Paul II explique que la réponse à la soif de bonheur de l’être humain se trouve dans le Jardin d’Eden. Pouvez-vous expliquer cette affirmation ?

[Fin de la première partie]