Les saints fondateurs et fondatrices ont accueilli Jean-Paul II au ciel

8e jour des « novendials », homélie de Mgr Nesti

| 826 clics

ROME, Vendredi 15 avril 2005 (ZENIT.org) – Les saints fondateurs et fondatrices ont accueilli Jean-Paul II au ciel : c’est l’image qui a conclu l’homélie de Mgr Nesti, en ce 8e jour des « novendials ».



La messe de requiem de ces neuf jours de deuil au Vatican a été présidée vendredi à 17 heures par Mgr Piergiorgio Silvano Nesti, archevêque émérite de Camerino-San Severino Marche, et secrétaire, c’est-à-dire numéro deux, de la congrégation romaine pour la Vie consacrée. Les personnes consacrées étaient particulièrement invitées à participer à la célébration.

Au début de la messe, Mgr Nesti a notamment rendu hommage aux religieuses polonaises qui ont été fidèlement au service des appartements pontificaux depuis 26 ans.

Dans son homélie, Il rappelait que c’est Jean-Paul II qui a voulu que le 2 février, en la fête de la Présentation de Jésus au Temple, soit aussi célébrée dans l’Eglise la Journée mondiale de la Vie consacrée.

Il soulignait que les messages annuels pour cette journée constituaient un très riche patrimoine. Mais son riche enseignement, le pape Jean-Paul II le donnait aussi aux consacrés par l’exemple, ajoutait Mgr Nesti : il a été un « père », un « témoin », « jusqu’au bout », d’un « amour plus grand comme Jésus l’a demandé à Pierre », disait-il, et un « exemple de comment vivre pour le Christ et pour l’Eglise jusqu’au dernier soupir ».

Mgr Nesti soulignait combien Jean-Paul II a, au cours de sa vie, manifesté son « amour » et son « estime » de la vie consacrée et ses « multiples charismes », et même sa « prédilection pour ce don du Christ à l’Eglise ».

Témoin cette assemblée spéciale du synode des évêques qu’il a voulue sur la vie consacrée, à Rome, en 1994, et son exhortation apostolique post-synodale, qui est devenue la charte de référence pour la vie consacrée dans le monde d’aujourd’hui. Mgr Nesti y voit même un « testament » de Jean-Paul II « sur la vie et la mission des personnes consacrées ». Il en souligne « l’inspiration trinitaire », « l’esprit de communion », et le « service d’amour ».

Le pape, disait Mgr Nesti, a « aimé les consacrés » et il avait faite sienne cette question de sainte Thérèse d’Avila : « Que serait le monde sans les religieux ? », c’est-à-dire, des « personnes capables de se consacrer totalement à Dieu dans un pur acte d’amour ».

Il confie que lors de ses rencontres avec le pape et le préfet de la congrégation, il s’est rendu compte combien le pape « suivait de près les charismes anciens et neufs et les différentes formes vie consacrée » : il offrait, disait Mgr Nesti, « explications » et « solutions ».

Pour les consacrés, soulignait encore Mgr Nesti, Jean-Paul II a voulu « une fidélité totale au Christ et à l’Eglise pour un témoignage fort, dans le monde d’aujourd’hui ».

« En différentes occasions, il leur a fait cette invitation à ne pas se décourager, à témoigner de l’Evangile par la vie ».

Mgr Nesti citait ces deux gestes significatifs de Jean-Paul II qui a fondé deux maisons religieuses au Vatican, deux formes de vie consacrée, de deux « expressions de l’amour et du service du Christ » : la maison « Don de Marie », pour « les besoins des plus pauvres », tenue par les sœurs de la bienheureuse Teresa de Calcutta et le monastère « Mater Ecclesiae » voulu au Vatican pour accueillir différents charismes de vie contemplative.

Cette présence, dans les murs du Vatican, « témoigne, disait Mgr Nesti, de l’estime de Jean-Paul II pour toutes les personnes consacrées ».

Il concluait sur cette « paternité universelle » manifestée par Jean-Paul II, comme une « image vive du Père céleste ».

Il mentionnait les caresses de cet « amour paternel » dont toutes les télévisions du monde ont été témoin, ou encore ce « signe de la croix sur le front », ce « baiser du Père » : « Nous ne l’oublierons jamais, ces gestes d’amour d’un père resteront toujours gravés dans nos cœurs ». Il s’exclamait : « Merci pour chacun de tes gestes d’amour parce que l’amour ne meurt pas ».

Mais Mgr Nesti évoquait d’autres gestes de Jean-Paul II en faveur de la vie consacrée : il recevait au Vatican les religieuses et les religieux lors de leurs chapitres généraux, les « encourageant », les invitant à la « fidélité » aux charismes de leurs fondateurs. Il les rencontrait au cours de ses voyages.

Il achevait son homélie en cette avant dernière messe de requiem en évoquant les saints fondateurs et saintes fondatrices, religieuses et religieux, et laïcs « consacrés dans le monde », qui ont accueilli au ciel le pape Jean-Paul II.