Les saints, « modèles efficaces » pour la Nouvelle évangélisation

La Toussaint et le synode

| 2605 clics

Anita Bourdin

ROME, mercredi 31 octobre 2012 (ZENIT.org) – Les saints sont des « modèles efficaces » pour la Nouvelle évangélisation : c’est le synode des évêques qui vient de l’affirmer dans la « proposition 23 » remise à Benoît XVI.

« La sainteté, écrivent-ils, est une part importante de tout engagement évangélisateur pour celui qui évangélise et pour le bien de ceux qui sont évangélisés » : c’est un message en accord avec la fête de la Toussaint, le 1ernovembre.

Les pères du synode consacrent toute la proposition 23 à la sainteté des nouveaux évangélisateurs.

« L'appel universel à la sainteté est constitutive de la nouvelle évangélisation, qui voit dans les saints des modèles efficaces de la variété des formes dans lesquelles cette vocation peut être réalisée », disent les pères synodaux.

« Ce qui est commun dans les histoires variées de la sainteté est la suite du Christ ; cela s'exprime dans une vie de foi active dans la charité qui est une proclamation privilégiée de l'Evangile », ajoutent les pères.

Ils indiquent le modèle de tous les saints dans la Vierge Marie : « Nous reconnaissons en Marie un modèle de sainteté qui se manifeste dans des actes d'amour allant jusqu’au don suprême de soi ».

La proposition 22 évoque la « conversion » et le « renouveau dans la sainteté » nécessaire aux nouveaux évangélisateurs : « Le drame de toujours et l'intensité du choc entre le bien et le mal, entre la foi et la peur, devraient être présentés comme le fondement essentiel, un élément constitutif de l'appel à la conversion au Christ. Cette lutte se poursuit à un niveau naturel et surnaturel. « Mais étroite est la porte et resserré le chemin qui mène à la vie, et il en est peu qui le trouvent » (Mt 7, 14). De nombreux évêques ont parlé du besoin de renouvellement dans la sainteté de leur propre vie, s’ils veulent être des agents vraiment efficaces de la nouvelle évangélisation ».

Les pères synodaux insistent sur la nécessité de cette « conversion personnelle et communautaire », et même d’une conversion « pastorale ».