Les saints témoignent que « Dieu est amour », affirme Benoît XVI

Il commente le thème de sa première encyclique au cours de l’Angélus

| 1442 clics

ROME, Dimanche 29 janvier 2006 (ZENIT.org) – Benoît XVI considère que les saints sont ceux qui témoignent par leur vie de la vérité fondamentale du christianisme : « Dieu est amour ».



C’est ce qu’il a expliqué ce dimanche avant de réciter la prière de l’Angélus en présence de plusieurs dizaines de milliers de pèlerins réunis place Saint Pierre malgré un temps pluvieux.

Le pape a déclaré que par son encyclique publiée mercredi « Deus caritas est » il a voulu réaffirmé « la primauté de la charité dans la vie du chrétien et de l’Eglise ».

« Les témoins privilégiés de cette primauté sont les saints, qui ont fait de leur vie (…) un hymne à l’amour de Dieu », a-t-il ajouté.

Benoît XVI a ensuite cité les saints dont l’Eglise fait mémoire à la fin du mois de janvier : l’apôtre Paul et les disciples Timothée et Tite, sainte Angèle Mérici (1470-1540), saint Thomas d’Aquin (1225-1274), saint Jean Bosco (1815-1888).

« Ce sont des saints très différents les uns des autres », a poursuivi le pape, expliquant que les premiers sont des « missionnaires de la première évangélisation ; au Moyen-âge, Thomas d’Aquin est le modèle du théologien catholique, qui trouve dans le Christ la synthèse suprême de la vérité et de l’amour ; à l’époque de la Renaissance, Angèle Mérici propose un chemin de sainteté également pour ceux qui vivent dans le monde laïc ; à l’époque moderne, don Bosco, brûlant de la charité de Jésus Bon Pasteur, prend soin des enfants plus défavorisés et devient pour eux un père et un maître ».

« Toute l’histoire de l’Eglise est une histoire de sainteté, animée par l’Amour unique qui a sa source en Dieu », a affirmé Benoît XVI.

Le pape a ensuite évoqué le n. 40 de son encyclique où il cite « parmi les saints les plus célèbres pour leur charité, Jean de Dieu, Camille de Lellis, Vincent de Paul, Louise de Marillac, Joseph B. Cottolengo, Louis Orione, Teresa de Calcutta ».

Curieusement, le nom cité le plus souvent dans l’encyclique (trois fois) est celui de Mère Teresa, qui a été béatifiée par Jean-Paul II mais qui n’est pas encore canonisée.

S’adressant aux pèlerins de langue allemande, après la prière de l’Angélus, le pape déclarait par ailleurs : « Si nous comprenons que l’amour de Dieu est une question fondamentale de notre vie, notre perspective change. Je vous souhaite à tous de comprendre plus profondément l’amour de Dieu pour nous les hommes ».