Les surprises, une spécialité de Dieu

Homélie du matin, 20 janvier 2014

Rome, (Zenit.org) Anne Kurian | 911 clics

« Dieu n’est pas un Dieu des habitudes : c’est un Dieu des surprises », déclare le pape François lors de la messe du 20 janvier 2014.

Le pape François a centré son homélie sur « la docilité à la Parole de Dieu », évoquée dans la première lecture : « l'obéissance vaut mieux que le sacrifice, la docilité vaut mieux que la graisse des béliers » (1 S 15,16-23).

Saül « avait oublié que Dieu est surprise et nouveauté. Il s’était replié dans ses pensées, dans ses schémas, et il a fini par raisonner humainement, avec sa façon de penser, avec son cœur, enfermé dans ses habitudes ».

Mais « Dieu n’est pas un Dieu des habitudes : c’est un Dieu des surprises ». Car « la Parole de Dieu », est vivante, elle vient et elle dit ce qu’elle veut dire, et non pas ce que j’attends qu’elle dise ou ce que j’espère qu’elle va dire ». C’est une parole « libre », qui est « surprise » et « nouveauté » : « Dieu fait toujours du neuf »

Le chrétien est appelé à « la docilité à sa nouveauté », ce qui est exprimé dans l’Evangile par « A vin nouveau, outres neuves » : « C’est Dieu qui apporte le vin, mais il doit être reçu avec une ouverture à la nouveauté. »

Il s’agit de « s’ajuster à la Parole de Dieu pour pouvoir la recevoir ». Un chemin « d’ascèse », qui demande de « toujours chercher à s’adapter, à s’ajuster à cette nouveauté de la Parole de Dieu ».

Saül « n’a pas obéi à la Parole de Dieu, il n’a pas été docile, il n’a pas été serviteur, mais il a été seigneur. Il s’est approprié la Parole de Dieu », a fait observer le pape, invitant à un examen de conscience : « est-ce que je suis docile à la Parole de Dieu ou bien est-ce que je fais toujours ce que je crois être la Parole de Dieu ? »

« La rébellion, la désobéissance à la Parole de Dieu, l’obstination, le manque de docilité pour faire ce que l’on veut au lieu de ce que Dieu veut, est un péché d’idolâtrie ».

« La liberté chrétienne et l’obéissance chrétienne sont docilité à la Parole de Dieu : c’est avoir ce courage de toujours discerner – ‘discerner’, pas ‘relativiser’ – ce que fait et ce que veut l’Esprit. Et d'obéir. »

Avec Hélène Ginabat pour la traduction