Les trente-quatre ans de Sant-Egidio, "école de prière"

Et promue par le Parlement pour le Nobel de la paix

| 349 clics

CITE DU VATICAN, Vendredi 8 février 2002 (ZENIT.org) - Sant´Egidio a trente-quatre ans et est promue par la Chambre italienne des députés pour le prix Nobel de la Paix, mais le pape Jean-Paul II souligne que la force" de Sant´Egidio vient de sa volonté d´être une école de prière".



Le pape Jean-Paul II a reçu ce matin en la salle Clémentine du palais apostolique quelque 300 évêques et 60 prêtres et des membres de la communauté de Sant´Egidio qui célèbre ses trente ans d´existence (exactement 34). A cette occasion, le cardinal camillo Ruini a présidé hier soir, 7 février, une eucharistie en la basilique Saint-Jean-du-Latran, en présence du président de la république italienne, M. Carlo Azeglio Ciampi qui a participé à la célébration, ainsi que de nombreux diplomates et responsables politiques du monde, témoins de l´action de Sant´Egidio au service de négociations de paix. C´est pourquoi la Chambre italienne des députés a décidé de soutenir la candidature de Sant´Egidio pour le Prix Nobel de la Paix.

Jean-Paul II a souligné ce matin que "le début de ce nouveau millénaire demande à tous les disciples du Christ une plus grande fidélité à l´adhésion à l´Evangile, et à la recherche de l´unité". Et parmi les dimensions décisives sur le chemin de l´Eglise, il y a la sainteté et la prière". "La communauté Sant´egidio a puisé sa force d´amour justement de son effort pour devenir une ´école de prière´."

Ces trente-quatre ans, ajoutait Jean-Paul II ont été des "années d´écoute de l´Evangile et d´amitié avec tous". "L´amitié vécue avec une sensibilité évangélique est une façon efficace d´être chrétiens dans le monde: elle permet de franchir les frontières et de combler les distances, également lorsqu´elles semblent infranchissables. Cette amitié devient une force de réconciliation; une force nécessaire en ce temps dramatiquement marqué par des conflits et des affrontements violents".

Evoquant la suite que la Communauté Sant´Egidio a donné à la première rencontre d´Assise (1986), jusqu´à la rencontre du 24 janvier 2002, Jean-Paul II constatait que "l´esprit d´Assise" a donné naissance à "un singulier mouvement d´hommes et de femmes de religions différentes qui, sans confusion aucune, ne cessent cependant pas de demander à Dieu la paix pour tous les peuples".

Le président de la communauté, Andrea Riccardi, explique: "Tous les membres de la Communauté, où qu´ils soient (Cuba, Argentine, France, Allemagne) ont un engagement de paix dans la vie quotidienne: porter la paix là où il y a le conflit. Naturellement, la Communauté s´est engagée au Mozambique, au Guatemala, au Burundi; elle s´est engagée au Congo, elle s´emploie à la réconciliation en Côte d´Ivoire, pour le dialogue entre les civilisations et les religions. Nous ressentons tout cela comme très important et surtout en ce moment, après Assise. Parce que chaque année, les rencontres d´Assise continuent, et nous ressentons entre plus important aujourd´hui que les religions parlent, que les religions soient vraiment des lieux de rencontre pour la paix".

La Communauté de Sant´Egidio naît à Rome en 1968, au lendemain du Concile Vatican II. Elle a été fondée par son président actuel, Andrea Riccardi, avec un petit groupe de compagnons du lycée Virgilio de Rome. C´est aujourd´hui un mouvement de laïcs auquel participent plus de 40.000 personnes, investies dans l´évangélisation et dans la charité à Rome, en Italie et dans plus de 60 pays des divers continents.

Du point de vue du droit canonique, Sant´Egidio est une "Association publique de fidèles laïcs" de l´Eglise. Les différentes communautés, répandues dans le monde, partagent la même spiritualité et les fondements qui caractérisent le chemin de Sant´Egidio : la prière, la communication de l´Evangile, la solidarité avec les pauvres, l´œcuménisme, le dialogue (cf. ZF020125 et le site, avec pages en français à l´adresse: (santegidio.it).

La Communauté a son centre dans l´église romaine de Sant´Egidio, dont elle a pris le nom. Elle vit depuis le début dans le quartier de Trastevere à Rome et assure une présence continue de prière et d´accueil aux pauvres et aux pèlerins.