Les universités catholiques diffusent la lumière de Dieu dans la société

Selon le p. Paolo Scarafoni, l.c., recteur de l’Université pontificale « Regina Apostolorum »

| 1013 clics

ROME, Mardi 10 octobre 2006 (ZENIT.org) – La mission de l’Université catholique est de recevoir la lumière de Dieu pour la diffuser ensuite dans le monde, a affirmé le recteur de l’Université pontificale « Regina Apostolorum ».



A l’occasion de l’inauguration de la nouvelle année universitaire, le recteur de l’Université pontificale « Regina Apostolorum » (APRA) et de l’Université européenne de Rome (UER), le père Paolo Scarafoni, l.c., a présenté la mission des universités catholiques, en reprenant par ailleurs le défi lancé par le pape Benoît XVI lors de la conférence de Ratisbonne, le 12 septembre dernier.

Le père Scarafoni a rappelé que l’APRA entame sa quatorzième année universitaire et l’UER sa deuxième année.

« Les universités fondées par l’Eglise catholique ont pour tradition, depuis très longtemps, de se réunir en début d’année pour invoquer la lumière et la force de l’Esprit Saint, même si aujourd’hui cette tradition n’est plus pratiquée dans la grande majorité des universités catholiques, à l’exception des universités pontificales », a-t-il déclaré.

Cette tradition, a-t-il expliqué, « reflète le comportement le plus authentique de ceux qui cherchent la connaissance qui n’est pas une invention propre ou une conquête due aux seules forces humaines. Celle-ci a besoin de recevoir, avec humilité, la lumière et la sagesse de Dieu, spécialement pour comprendre l’homme et son comportement ».

Le recteur de l’Université a ensuite souligné la mission de l’Université et, s’adressant aux étudiants, aux professeurs et aux parents, il a affirmé : « Une mission, qui implique un rôle à jouer dans l’histoire concrète, que la Providence vous a attribué. Le monde peut s’améliorer, peut devenir plus vrai, plus humain, plus juste, également grâce à votre contribution ».

A ce propos, le père Scarafoni a parlé de la « lumière véritable, celle qui vient de Dieu ». « Nous ne marchons pas dans les ténèbres, nous n’avançons pas à tâtons dans les sombres abîmes des mers. Nous avons la lumière et la clarté de la vérité du Christ, parce qu’Il s’est manifesté au milieu de nous et continue d’être présent. Il est vivant, et son Esprit agit dans nos cœurs et nos intelligences ».

Le père Scarafoni a précisé que « c’est à nous d’actualiser » la mission de porter la lumière de Dieu « dans de nombreux domaines où elle ne brille pas encore suffisamment » et de « la rallumer là où elle brillait mais s’est éteinte en raison de la négligence des hommes ou des circonstances de l’histoire ».

Le recteur a ensuite fait référence au discours prononcé par le pape à l’Université de Ratisbonne à l’occasion de son voyage en Bavière, souhaitant notamment « affirmer notre proximité et notre communion avec le Saint-Père ».

« Bonté et charité sont indissociables de la vérité, a commenté le père Scarafoni, et nous ne pouvons pas imaginer pouvoir taire pendant longtemps ce qui doit être dit et faire semblant que soit vrai ce qui ne l’est pas. Nous ne pouvons pas appeler bon ce qui de manière objective va contre la dignité humaine la plus élémentaire et la vérité des choses ».

Le recteur de l’APRA et de l’UER estime qu’il est « important de révéler la fausseté de la conception d’un Dieu qui n’est pas doté de raison, derrière laquelle on peut sans difficulté justifier l’incitation à la violence ; ainsi que la fausseté de la conception d’une science qui a exclu de manière artificielle, de ses propres recherches et interrogations, la plus fondamentale, sur Dieu, la vérité totale et le sens de la vie ».

« Le fanatisme auquel on ne peut faire pas entendre raison et la partialité de la raison qui ne veut pas se soumettre et répondre à la vérité tout entière, finissent tous deux par tomber dans l’utilisation de la force physique, a poursuivi le père Scarafoni, précisément parce qu’ils n’ont pas de raisons, parce qu’ils n’ont pas d’arguments pour parler à l’esprit des hommes, parce qu’ils n’ont pas la confiance pour conduire à la reconnaissance de la vérité, qui libère et rend heureux. Ils tentent de s’imposer par la force, la menace et la séduction ».

Le père Scarafoni a conclu son homélie en rappelant qu’une des actions les plus importantes auxquelles doivent s’attacher l’Eglise, les chrétiens et les hommes de bonne volonté, est la culture et la formation reconstruite sur les racines qui ont donné naissance aux plus grandes valeurs humaines jamais exprimées par l’humanité.

« Demandons au Christ de continuer à nous éclairer par son Esprit Saint, de nous aider à conserver cette mission et à faire ainsi le bien de tant de nos frères », a-t-il conclu.