Liban: Aimer le mouvement ou le diocèse de l´autre comme le sien

M. Robert Sikias, Apotolat des laïcs

| 1005 clics

CITE DU VATICAN, Jeudi 11 octobre 2001 (ZENIT.org) - Aimer le mouvement ou le diocèse de l´autre comme le sien, c´est déjà favoriser la spiritualité de la communion et promouvoir la pastorale des jeunes, expliquait au synode M. Robert Sikias, président émérite du Conseil pour l´apostolat des Laïcs, au Liban.



Car, dit-il, les jeunes étaient "rebutés par les tensions, le langage hermétique, et surtout le manque de confiance qui leur était accordée". Nous conservons le style télégraphique - efficace - de son résumé officiel. Il souligne les fruits du voyage de Jean-Paul II, de la JMJ de Paris, en 1997, du Jubilé. Il présentait des "idées simples": "Ne pas critiquer, ne pas juger; aimer en premier".

"Notre Conseil, explique-t-il, un organe de service, de coordination, et de communion, dans le respect de la personnalité, du Charisme et du rôle de chacun. Une poignée de Laïcs, autour de la commission Episcopale de l´Assemblée des Patriarches et évêques Catholiques au Liban. Beaucoup d´obstacles: des incompréhensions, des conflits, des inimitiés, des exclusions. Faire tomber les murs, combler les fossés, gagner la confiance, surtout des évêques... Le plus gros problème c´était les jeunes rebutés par les tensions, le langage hermétique, et surtout le manque de confiance qui leur était accordée".

Il évoquait la visite de Jean-Paul II et les JMJ comme deux catalyseurs. La visite de Jean-Paul II comme "un événement hors du commun". "La visite de Sa Sainteté Jean-Paul II au Liban. Participations précédentes de 2 à 4 personnes. A Tchestokova un autobus de 40. Pour les JMJ de Paris nos jeunes enthousiasmés par la visite de Jean-Paul II au Liban, et par sa rencontre inoubliable avec les jeunes à Harissa veulent lancer l´appel à tout le pays. Bénédiction du Patriarche Cardinal Sfeir en personne. Expérience merveilleuse pour l´Equipe de jeunes volontaires dans un climat de solidarité et de transparence totale. Donner des chances égales à tous, surtout aux diocèses éloignés de Beyrouth. Plus de 2.500 jeunes Libanais à Paris à la rencontre de Sa Sainteté Jean-Paul II et l´argent resté, rendu aux jeunes".

"Les fruits de la JMJ de Paris: Ouverture à la réalité de l´Eglise universelle. -Jumelages avec les diocèses français -Amitiés profondes, plus de 20 délégations françaises au Liban durant l’été suivant. -Collaboration de l´apostolat des laïcs de nos deux églises. -Naissance de commissions de jeunes autour des évêques. -Surtout: Notre commission des jeunes; 50 garçons et filles engagés au service de l´Eglise, avec un élan et un sérieux et une efficacité remarquables".

"L´année Jubilaire: Nous avons accompagné et animé toutes les réalités de l´Année Sainte de notre pays, au Liban et à Rome. Grâce à nos jeunes 1.500 libanais à Tor Vergata".

"Des idées simples: Ne pas critiquer, ne pas juger; aimer en premier, sans attendre de l´autre l´initiative, aimer le mouvement de l´autre comme le sien propre, le diocèse de l´autre comme le sien propre. Jésus présent là où l´on vit l´amour réciproque: "Là où deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis au milieu d´eux" (Mt 18,20). Amour réciproque, disponibilité, travail d´Equipe. "Donner sa vie pour ses amis" source de véritable communion. Au petit reste qui résistera nous pouvons proposer un idéal qui donnera un sens, un goût à leur vie, plus que toute recherche d´argent, de plaisir, de science ou de puissance: des acteurs efficaces dans la nouvelle évangélisation de leur pays et de tout le Proche Orient".