Liban : l'Eglise au secours des réfugiés syriens

Caritas Liban sur le front humanitaire

Rome, (Zenit.org) Anne Kurian | 412 clics

Caritas Liban est aux premières loges des aides humanitaires apportées au Liban, qui accueille 1,2 million de réfugiés syriens. Une nouvelle mission auprès des enfants est lancée.

Le P. Simon Faddoul, président de Caritas Liban, a participé à la présentation de la Mission sanitaire pour les enfants syriens au Liban, promue par le Conseil pontifical Cor Unum, l’hôpital pédiatrique « Enfant Jésus », propriété du Saint-Siège, et Caritas Liban, ce 27 novembre 2013, au Vatican.

Le cardinal Robert Sarah, président de Cor Unum, le prof. Giuseppe Profiti, président de l’hôpital et Mme May El Hachem, responsable de Dermatologie à l’hôpital, sont également intervenus.

Le projet se déploiera particulièrement dans la région de la Bekaa, aux frontières de la Syrie : la région à majorité musulmane est en effet davantage démunie à causes des distances et des insécurités politico-militaires.

Le dispensaire sera situé dans un nouvel hôpital construit sur un terrain de l’archevêché maronite, à Deir El Ahmar, proche de camps de réfugiés. La mission, appelée à se déployer dans les villages musulmans alentours, commencera au début du mois de décembre et aura une durée initiale de trois mois.

Au fur et à mesure que s’aggrave la situation en Syrie, « de plus en plus de réfugiés fuient leur pays pour rejoindre le Liban », a rapporté le P. Faddoul, faisant état de 800 000 réfugiés syriens selon les statistiques du Haut-commissariat des Nations-Unies pour les réfugiés (UNHCR) mais plus de 1,2 million selon les autorités libanaises.

Dans ce contexte, a estimé le P. Faddoul, « le programme conjoint annoncé aujourd'hui est plus que nécessaire » : « il vise à réduire la souffrance de nombreux enfants vivant au Liban, que ce soit des réfugiés syriens ou les enfants des communautés d'accueil ».

Caritas Liban « fournira les infrastructures et les ressources humaines nécessaires de manière adéquate et sera directement responsable de la gestion des contributions financières et en nature fournies par Cor Unum et l’hôpital pédiatrique », a-t-il précisé.

Exprimant sa reconnaissance à Cor Unum et à l'hôpital de l’Enfant Jésus, le P. Faddoul a souhaité que cette collaboration « produise des résultats positifs et manifeste l’esprit chrétien bon et affectueux dont nous sommes appelés à témoigner en servant les plus démunis et les plus humbles ».

Pour May El Hachem, il y a « beaucoup à faire ». L’hôpital se chargera de fournir des médicaments et une rétribution aux agents de santé libanais. Le superviseur et coordinateur du projet est un médecin de l’Enfant Jésus, qui se rendra chaque mois au Liban pour suivre l’évolution de la Mission. D’autres médecins de l’hôpital seront impliqués pour les cas complexes dans un deuxième temps.

Pour ne pas surcharger le travail logistique de Caritas Liban, il a été décidé de ne pas envoyer pour le moment de pédiatries ou d’infirmiers de Rome.

Depuis avril 2011, Caritas Liban a soutenu 32 000 familles – c’est-à-dire près de 160 000 personnes – dont 94,3 % de musulmans et 5,7 % de chrétiens. 

En outre, 26 944 enfants syriens et libanais ont reçu une aide pour être scolarisés dans le cadre d'un programme de l'UNICEF. Caritas Liban travaille avec 382 écoles en apportant les frais de scolarité et les fournitures scolaires de ces enfants. 

Sur le plan médical, Caritas Liban a fourni de nombreux services médicaux en septembre et octobre 2013 : 6177 soins infirmiers ; 4079 consultations de praticiens pédiatriques et généraux ; 677 consultations gynécologiques ; 5077 services pharmaceutiques ; 301 vaccinations…