Liban : le P. Lombardi frappé par l'accueil des musulmans

Bilan positif du voyage de Benoît XVI

| 1326 clics

Océane Le Gall

ROME, lundi 17 septembre 2012 (ZENIT.org) – « J’ai beaucoup apprécié l’attention que les musulmans ont accordé à tous les moments importants de ce voyage », déclare le porte-parole du Saint-Siège, le P. Federico Lombardi, à son retour à Rome, à l’issue du voyage de Benoît XVI au Liban, du 14 au 16 septembre.

Le directeur du Bureau de presse du Saint-Siège dresse un bilan "très positif" au micro de Radio Vatican, soulignant le caractère « historique » de ces journées, durant lesquelles le pape a prononcé « des paroles fortes, des paroles d’encouragement, pour le Liban et pour toute la région ».

Le P. Lombardi se dit également heureux de l’occasion que le pape a eue, durant ces trois jours, de parler aux jeunes musulmans et chrétiens ensemble, rappelant que ces derniers sont avec les jeunes chrétiens l’« avenir du pays » qu’ils doivent chercher à « construire ensemble », comme l'a souligné Benoît XVI lors de sa rencontre avec 25.000 jeunes rassemblés, samedi, devant le Patriarcat maronite de Bkerké (cf. Documents de Zenit).

 « Naturellement la majorité des jeunes était chrétienne mais il y avait aussi des musulmans qui représentaient la jeunesse musulmane du pays », a fait observer le P. Lombardi avant d'ajouter: « Et le pape leur a bien dit : l’avenir dépend de ce que vous ferez ensemble. Alors si vous faites la paix ensemble on aura la paix ! »

Il pense que le pape « a été compris  par les Libanais en particulier », et, espère-t-il, « au-delà des frontières libanaises aussi », dans tout le Moyen-Orient.

Etant donné la situation actuelle dans la région et des difficultés auxquelles sont confrontés les chrétiens de la région, il souligne l’importance de l’appel de Benoît XVI à « ne pas se décourager », à « ne pas avoir peur », rappelant que pour les chrétiens « on arrive, ou du moins on espère y arriver, à la Résurrection par la croix et par la passion ».

« Cela a une signification très concrète dans la vie de chacun de nous, et dans la vie des communautés de chrétiennes du Moyen-Orient aussi », a-t-il ajouté en évoquant les situations de « guerre, tensions, destruction, incompréhension, manque de liberté » auxquelles ils sont pliés.

Cette « passion là est une passion très concrète », a-t-il conclu, elle est « le chemin qui conduit à la Résurrection ».

Au troisième jour de la visite du pape, marquée par la remise de son exhortation apostolique sur l'Eglise au Moyen-Orient, le P. Lombardi a commenté la rencontre avec les jeunes, mais également celle avec les musulmans de dimanche soir (cf. ZENIT 16 septembre 2012), réaffirmant que « chrétiens et musulmans peuvent vivre ensemble sans haine pour bâtir, main dans la main, leur société. »

Le porte-parole du Saint-Siège n’a pas non plus manqué de mettre en valeur la présence « surprise » du président de la République, Michel Sleiman, chrétien maronite, à cette rencontre.