Liban : un voyage que le pape a voulu « de toutes ses forces »

Benoît XVI fait un bilan de ces trois jours « extraordinaires »

| 1620 clics

A. Bourdin       

ROME, mercredi 19 septembre 2012 (ZENIT.org) –  Benoît XVI s’est rendu au Liban comme « un père » désireux d’être « aux côtés de ses enfants » en difficulté. Il l’a voulu « de toutes ses forces ».

Le pape a en effet proposé un bilan de son voyage au Liban (14-16 septembre) - comme c’est la tradition le mercredi suivant un voyage apostolique - au cours de l’audience générale qui s’est déroulée dans la salle Paul VI du Vatican, devant les milliers de personnes présentes, ce mercredi 19 septembre.

Un témoignage contre les divisions

Il confie que son voyage apostolique au Liban a été « un signe de paix prophétique » et « une expérience importante de fraternité ». Le moment est venu pour le peuple libanais, a-t-il ajouté, « de donner ensemble un témoignage sincère et décisif contre les divisions ».

« Je voudrais revenir brièvement, par la pensée et par le cœur, sur les journées extraordinaires du voyage apostolique que j’ai effectué au Liban, a annoncé le pape. Un voyage que j’ai voulu de toutes mes forces, malgré les circonstances difficiles, considérant qu’un père doit toujours être aux côtés de ses enfants lorsqu’ils rencontrent des problèmes graves ».

Il redit son message de paix, avec ce verset de l’Evangile que le pape a toujours cité en arabe tout au long de son voyage : « J’ai été stimulé par mon vif désir d’annoncer la paix que le Seigneur ressuscité a laissée à ses apôtres par ces paroles : « Je vous donne ma paix - سَلامي أُعطيكُ » (Jn 14, 27) ».

Il rappelle que son voyage « avait pour objectif principal la signature et la remise de l’exhortation apostolique post-synodale Ecclesia in Medio Oriente aux représentants des communautés catholiques du Moyen-Orient, ainsi qu’aux autres Eglises et communautés ecclésiales et aux chefs musulmans ». 

Des pas décisifs vers la paix

« Chers amis, a-t-il confié, ces journées passées au Liban ont été une étonnante manifestation de foi et d’une religiosité intense, et un signe de paix prophétique ».

Il dit avoir été frappé par la prière commune dans la foi au Christ : « La multitude des croyants, provenant de tout le Moyen-Orient, ont eu l’occasion de réfléchir, de dialoguer et surtout de prier ensemble, renouvelant leur engagement à enraciner leur vie dans le Christ ».

Il espère maintenant «des pas décisifs vers la paix » : « Je suis certain que le peuple libanais, dans sa composition religieuse et sociale multiforme mais bien amalgamée, saura témoigner avec un nouvel élan de la véritable paix qui naît de la confiance en Dieu. Je souhaite que les différents messages de paix et d’estime que j’ai voulu donner puissent aider les gouvernants de la région à accomplir des pas décisifs vers la paix et vers une meilleure compréhension des relations entre chrétiens et musulmans ».

Le pape assure que sa sollicitude ne quitte pas le Liban et les habitants de la région : « Pour ma part, je continue à accompagner ces populations bien-aimées par la prière, afin que tous restent fidèles aux engagements qu’ils ont pris. Je confie à l’intercession maternelle de Marie, vénérée dans de nombreux et anciens sanctuaires libanais, les fruits de cette visite pastorale, ainsi que les résolutions envers le bien et les justes aspirations de tout le Moyen-Orient ».