Lourdes : Le bureau médical observe cinq « guérisons » remarquables

Clôture de l’année jubilaire : 2009 sera consacré à Bernadette

| 1723 clics

ROME, Mardi 2 décembre 2008 (ZENIT.org) - Au moment où l'année jubilaire des 150 ans des apparitions de la Vierge Marie à sainte Bernadette à Lourdes s'achève - elle s'achèvera le 8 décembre -, le Comité Médical International de Lourdes a officiellement déclaré comme étant remarquables 5 guérisons liées à Lourdes, lors d'une conférence de presse, lundi 1er décembre, dans les Sanctuaires. En outre l'évêque de Tarbes et Lourdes, Mgr Jacques Perrier a annoncé que l'Année 2009 serait une année « Bernadette ».

Jusqu'ici, l'Eglise a reconnu seulement « 67 miraculés » sur les milliers de dossiers déposés au bureau médical de Lourdes.

Les 5 « observations remarquables »

Sclérose en plaques

Madame A., actuellement âgée de 40 ans, a été reconnue atteinte de façon certaine d'une sclérose en plaques au mois d'avril 1993. Diagnostic formel confirmé par les examens habituels, y compris de radiologie. Malgré les traitements, l'évolution a été marquée par 13 poussées successives entre 1993 et 2004 avec aggravation importante durant la dernière année l'amenant à utiliser une chaise roulante. Le 20 mai 2004, lors d'un pèlerinage à Lourdes suscité par une amie, cette personne, au départ incroyante, a constaté subitement aux piscines la disparition de l'impotence de ses membres inférieurs et des autres symptômes. Depuis, elle n'a éprouvé aucune autre difficulté de santé. Les examens cliniques effectués par 2 fois par des membres du C.M.I.L. se sont révélés totalement asymptomatiques.

Myopathie dès l'enfance

Madame B., actuellement âgée de 53 ans, a souffert depuis l'enfance d'une faiblesse musculaire des membres inférieurs, évoluant en asthénie majeure douloureuse, avec chutes. À 34 ans, elle est en fauteuil roulant. Un bilan hospitalier approfondi n'a pas conclu à une myopathie nettement caractérisée. Madame B. a effectué six pèlerinages à Lourdes. C'est au terme du sixième, en 2004, qu'elle a été définitivement guérie et a abandonné le fauteuil roulant.

Pèlerinage de Compostelle

Monsieur F., actuellement âgé de 62 ans, souffrait de lombalgies tenaces depuis février 1990 à l'âge de 44 ans, résistant au traitement médical se compliquant d'une sciatique gauche en 1991. En 1993, deux scanners mettent en évidence une hernie foraminale gauche L5-S1. Deux interventions en 1993 et 1997. Le patient continue à souffrir. Un scanner de 1997 évoque une fibrose post-opératoire. Devant l'intensité des algies, mise en place d'un site intrathécal pour injection locale de solumedrol et dérivé morphinique. Malheureusement, la symptomatologie douloureuse ne va pas changer.

Le 12 avril 2002, après avoir souffert 5 ans, il ressent subitement, au cours d'un pèlerinage à Lourdes, une impression de bien-être. À partir de là, tout revient en ordre. Depuis lors, Monsieur F. mène une vie normale sans aucun traitement. En 2007, il a effectué seul le pèlerinage complet de Saint Jacques de Compostelle.

Sortie du coma

Madame M., 69 ans, souffrait en 1992 d'un lymphome malin avec atteinte plurale, traité par six cures de chimiothérapie. Dans le cours de l'évolution, une névralgie cervico brachiale et une paralysie occulo-motrice avaient manifesté une localisation méningée avec infiltration néoplasique du nerf optique, révélatrice d'une leucémie myéloblastique.

En aplasie sous chimiothérapie, la malade a présenté un syndrome de détresse respiratoire aiguë nécessitant intubation et réanimation cardio-vasculaire. Après une démarche de prière à Lourdes, elle est sortie du coma et guérie définitivement à ce jour comme en attestent des contrôles médicaux aujourd'hui inutiles.

Un accident de la route

Madame P. est guérie à Lourdes le 15 août 2004, à l'âge de 47 ans, de séquelles algiques et fonctionnelles d'un traumatisme du rachis cervical survenu lors d'un accident de la voie publique, le 18 février 1983, à l'âge de 26 ans. Ce syndrome douloureux, non influencé par les traitements médicamenteux ou physiques reçus, évoluant depuis 21 ans et ayant motivé une invalidité professionnelle, a complètement disparu.

La réunion du C.M.I.L. qui vient de se tenir a, pour la première fois, appliqué la réforme introduite en 2006, précise le communiqué de presse. Dans les cinq cas qui lui ont été soumis et qui ont fait l'objet d'expertises approfondies, ayant pour but de confirmer ou d'invalider un premier constat de guérison, le comité a conclu qu'il s'agissait « d'observations remarquables ».

Et de préciser : « Incontestablement, ces personnes allaient mal, voire très mal : le dossier médical en témoigne. Non moins incontestablement, aujourd'hui, elles vont bien et rien n'indique que le mal puisse reprendre ».

Il ajoute : « Ce changement d'état, qui fut soudain, est lié à Lourdes, le plus souvent lors d'un pèlerinage. Cet événement inattendu a changé la vie de ces personnes, à tous les plans, y compris dans leur foi, dans leurs engagements d'Église et dans le service des autres ».

« Voilà les faits. Chacun est libre, ensuite, de leur interprétation. Ils n'auront jamais une évidence contraignante », conclut le bureau médical.

Le communiqué de presse rappelle qu'« un fait aussi remarquable que les Apparitions de Lourdes n'est pas un objet de foi » sur lequel tous les catholiques devraient s'accorder. Monseigneur Laurence, évêque de Lourdes au moment des apparitions, s'était contenté de dire que les fidèles étaient « fondés à croire » en leur authenticité.