Lutte contre le terrorisme en fortifiant les Nations unies, par le card. Martino

| 512 clics

CITE DU VATICAN, Jeudi 18 mars 2004 (ZENIT.org) – Lutter contre le terrorisme en fortifiant les Nations unies, c’est ce que recommande le cardinal Renato Raffaele Martino, président du Conseil pontifical Justice et Paix.



Le cardinal Martino est intervenu ce matin au congrès organisé à l’athénée pontifical romain "Regina Apostolorum" des Légionnaires du Christ, sur le thème "la femme et les droits humains".

Le cardinal soulignait que le matérialisme et l’individualisme mettent en danger tout le système des droits humains, et il répétait que le respect de l’homme est "un impératif moral pour la culture de la démocratie de notre temps".

A l’occasion de ce congrès, il a répondu aux questions de Radio Vatican sur les thèmes de la lutte contre le terrorisme, le rôle des Nations unies et la solution de la crise irakienne.

A propos des récents attentats de Madrid, il disait: "En cette tragique circonstance me revient immédiatement à l’esprit le message du pape pour la Journée mondiale de la Paix de cette année: pour l’emporter, la lutte contre le terrorisme ne peut pas se limiter aux opérations répressives et punitives. Il est essentiel que le recours à la force, si nécessaire soit-il, s’accompagne d’une analyse courageuse et lucide. Le pape suggère d’aller à la recherche des causes et recommande une action éducative à la paix. Si l’on n'élimine pas les causes, il y aura toujours une rechute. Naturellement, nous voyons que le terrorisme est un ennemi rusé qui fait son nid n’importe où et frappe n’importe où. C’est une plaie que toute la communauté internationale doit s’employer à éliminer".

Pour ce qui est de la résolution de la crise irakienne, le cardinal Martino citait également le message du pape. "Il reconnaît, rappelait le cardinal Martino, le rôle des Nations unies comme protectrices de la paix de la communauté internationale. Le pape espère qu’on redonne ce rôle à l’ONU et naturellement il suggère et exhorte la réforme de l’ONU de façon à rendre l’organisation en mesure de fonctionner efficacement pour atteindre ses fins statutaires toujours valides".