Lutter contre l'orgueil qui sépare l'homme de Dieu

Paroles de Benoît XVI à l'angélus

| 1546 clics

Océane Le Gall

ROME, dimanche 23 septembre 2012 (ZENIT.org) – La "logique de Dieu" est toujours différente de celle des humains, a souligné Benoît XVI avant l’angélus, ce dimanche 23 septembre 2012. Et pour suivre le Seigneur, a-t-il ajouté, l’homme doit se convertir et lutter contre l’orgueil qui le sépare de Lui.

C’est en effet en ces termes que le pape, du balcon de sa résidence d’été, à Castelgandolfo près de Rome, s’est adressé aux visiteurs réunis dans la cour, leur lançant également un nouvel appel à prier pour les chrétiens du Moyen-Orient et pour le dialogue entre les religions.

Le pape a commenté l’Evangile du jour (Mc 9,30-37), portant sur « la deuxième annonce de la passion » et la « profonde distance intérieure » qui sépare Jésus de ses disciples.

Ce passage, explique Benoît XVI, est avec celui de dimanche dernier le « dernier voyage » qui conduit Jésus vers « le sommet de sa mission », lorsque Jésus commence à parler ouvertement à ses disciples de la fin qui l’attend.

Commentant l’incompréhension de ces derniers face aux trois « prédictions » que leur fait le Christ concernant sa mort et sa résurrection, le pape relève « une profonde distance intérieure » qui sépare Jésus et ses disciples : « Ils ne sont, pour ainsi dire, pas sur la même longueur d’onde ».

Et cette incompréhension vient de ce que « la logique de Dieu est toujours « autre » par rapport à la nôtre », et elle est la raison pour laquelle, ajoute-t-il, « suivre le Seigneur demande toujours à l’homme une profonde conversion, un changement dans sa manière de penser et de vivre, lui demande d’ouvrir son cœur à l’écoute pour se laisser éclairer et transformer intérieurement. »

Car, explique Benoît XVI, l’homme a au fond de lui « l’orgueil », ce que Dieu, qui est « toute plénitude » et « totalement porté à aimer et à donner la vie », n’a pas.

« Nous, qui sommes petits, nous aspirons à être grands, à être les premiers, alors que Dieu ne craint point de s’abaisser et de se faire petit », explique-t-il encore, concluant son enseignement par un appel à prier la Vierge Marie, modèle d’« harmonie » avec Dieu, pour apprendre à « suivre fidèlement Jésus sur le chemin de l’amour et de l’humilité. »