Madagascar : Appel des évêques à la réconciliation

Mais l’Etat de droit existe-t-il encore ?

| 1032 clics

ROME, Mercredi 17 août 2011 (ZENIT.org) – « Conseil permanent des évêques : L’Etat de droit existe-t-il encore ? », titre, en ligne, la « Gazette » de Madagascar, après la publication d’un communiqué des évêques malgaches qui en appellent à la réconciliation nationale.

Le conseil permanent des évêques catholiques vient de se réunir à Antaninmena. Il réunit huit évêques : Mgr Fulgence Rabemahafaly, président, Mgr Désiré Tsarahazana, vice-président, Mgr Philippe Ranaivomanana, secrétaire, Mgr Odon Razanakolona, archevêque d’Antananarivo, Mgr Benjamin Ramaroson, évêque de Farafangana, Mgr Victor Rakotondrajao, évêque de Mahajanga, Mgr Marcellin Randriamamonjy, évêque de Fenoarivo Antsinana, et Mgr Zygmunt Raobaszkiewicz, évêque de Morombe.

Le communiqué constate que le pays traverse une période sombre dans laquelle la loi est peu respectée : les évêques se demandent si « l’Etat de droit » existe toujours dans la Grande Ile.

Ils déplorent la désagrégation du « fihavanana » - communion et réconciliation -, la disparition des repères moraux, l’insécurité.

Ils estiment que la situation actuelle « favorise l’endoctrinement et la manipulation de la population », au plan religieux et politique, une situation qui « désoriente et divise cette population », qui, « confuse », tombe facilement dans « les pièges des malintentionnés dont l’objectif est seulement de rechercher les moyens de s’enrichir ». Les évêques dénoncent ceux qui « prétendent disposer d’un don pour faire des miracles » et ils invitent la population à la « prudence ».

Pourtant, les évêques invitent ausis à l’espérance et font observer qu’il existe « des hommes censés témoignent de la vérité et résistent aux tentations en affirmant sans crainte leur foi chrétienne et leur identité malgache ».

Enfin, ils rappellent que la réconciliation véritable doit « passer par la conversion des cœurs à travers la reconnaissance de la vérité et des torts de chacun ».